Arrêt L1

L'échange musclé entre Quillot et Aulas au Conseil d'Etat

Commentaire(s)
Aulas règle ses comptes
Aulas règle ses comptes

Le Conseil d'Etat était animé, ce jeudi à 14 heures, lors de l'audition de la LFP, de l'OL, de Toulouse et d'Amiens concernant l'arrêt prématuré de la L1. Aulas et Quillot ont notamment procédé à un vif échange.

Depuis 14 heures ce jeudi après-midi, la LFP, l'OL, Amiens ou encore Toulouse sont présents au Conseil d'Etat pour faire valoir leurs droits concernant l'arrêt de la L1. Alors que la Ligue doit se défendre face aux trois clubs mécontents, le premier pour l'absence de Coupe d'Europe suite à cet arrêt précoce et les deux autres pour leur descente, les débats sont très très musclés. "L'intérêt général l’emporte très largement sur le petit intérêt particulier que l’OL souhaite obtenir. Le remède proposé par l’OL est bien pire que le mal qu’il cherche à dénoncer" a notamment lâché l'avocat de la LFP selon Adrien Schwyter, un journaliste présent sur place.

Mais entre Jean-Michel Aulas et Didier Quillot, c'est la guerre ! "Didier Quillot, récent dans la fonction, ne connait pas le fonctionnement des championnats amateurs et professionnels. Oui il était bon d’arrêter les championnats amateurs car pas d’incidence financières comme dans les championnats professionnels. Les clubs pros sont des entreprises pas comme le foot amateur" lâche le Rhodanien. Ce à quoi le dirigeant de la LFP a répondu : "Jean-Michel Aulas dit que je suis jeune dans la fonction, cela fait 5 ans que je suis là .Le président de la FFF le lendemain a dit dans une interview au Télégramme que la L1 et la L2 doivent se terminer. Pas de débat".

Aulas a ensuite pointé du doigt le classement au quotient défini par la LFP. "Ce que nous souhaitons, c’est qu’on termine sous une forme ou sous une autre, en reprenant ce que nous pouvons reprendre. On a jamais vu cela ce type de classement. Sur le plan amateur, pourquoi pas. Compte tenu des enjeux économiques, l’OL est coté, la ville d'Amiens a investi. On balaie toute l’histoire et l’investissement de ces clubs. Les fonds propres de l’OL sont de 400 millions d’euros. Ce classement au coefficient n’est retenu par personne. Les autres ligues sont parties sur d’autres solutions. Par défaut, on crée un problème depuis le départ" lâche Aulas. A noter que Toulouse et Amiens ont proposé une saison blanche, comme l'OL si la L1 ne pouvait pas reprendre.