Geronimi se prononce sur d'éventuelles sanctions

Commentaire(s)
Pierre-Marie Geronimi, le dirigeant corse
Pierre-Marie Geronimi, le dirigeant corse

Après avoir annoncé la mise en place quatre mesures pour renforcer la sécurité à Furiani, suite aux incidents survenus ce week-end contre Lyon, le président bastiais Pierre-Marie Geronimi était l'invité, ce mardi, de l'émission Team Duga, sur RMC. L'occasion de s'exprimer sur les potentielles sanctions à venir pour son club, le dirigeant tentant de faire preuve d'une certaine sérénité, avant de connaitre le verdict de la Ligue : "Moi, je vois mal les responsables du football professionnel français sanctionner un club dans son ensemble, dans sa globalité, pour les agissements de quelques dizaines (de supporters, ndlr). Même si encore une fois, quelques dizaines, c’est déjà beaucoup" a-t-il assuré.

D'après Geronimi, il existe par ailleurs un fossé assez béant entre la minorité de supporters incriminés et la majorité, plus silencieuse, de spectateurs n'ayant pas pris part aux violences. Un décalage que paye aujourd'hui l'ensemble du Sporting : "Même si on en connait quelques-uns, beaucoup d’entre eux sont très jeunes. On a longtemps fréquenté les travées du stade en tant que spectateurs et supporters nous aussi, mais les décalages générationnels sont aujourd'hui énormes. On ne les connait pas tous, je vous donne ma parole" a-t-il avancé. "On a essayé à plusieurs reprises de parler, d’expliquer, a ajouté le président du SCB. Autant on a l’impression d’avoir été entendus par une très grande majorité, autant une minorité ne nous a pas écoutés. D'où les sanctions prises par le club aujourd'hui."

Commentaire(s)