Bastia

Selon Geronimi, Agostini n'a pas frappé Lopes

Commentaire(s)
Anthony Lopes et Anthony Agostini ont été impliqués dans les échauffourées, dimanche
Anthony Lopes et Anthony Agostini ont été impliqués dans les échauffourées, dimanche

Invité ce mardi de l'émission Team Duga, sur l'antenne de RMC, le président bastiais Pierre-Marie Geronimi est revenu sur les débordements qui ont forcé l'interruption de la rencontre entre le SCB et l'Olympique Lyonnais, le week-end dernier. Interrogé sur le rôle de son directeur de la sécurité, Anthony Agostini, dans le déclenchement des échauffourées, le dirigeant corse a tenu à défendre son collaborateur, qui a récemment fait part de sa volonté de porter plainte contre Jean-Michel Aulas : "S'il a porté plainte ? Je ne sais pas, on a travaillé toute la journée. On s'est beaucoup parlé mais d'autres dossiers sont arrivés sur la table" a-t-il précisé. "On a beaucoup regardé les images aussi. Je pense, et j'en suis même certain, qu'à aucun moment Anthony Agostini ne frappe le gardien lyonnais."

Autre dossier chaud, celui du stadier licencié par la SISIS, la société en charge de la sécurité à Furiani. Une mesure défendue par Geronimi, qui adresse au passage un petit tacle au personnel de l'OGC Nice, en référence aux incidents ayant eu lieu dans l'enceinte de l'Allianz Riviera en 2014 : "Il a été convoqué dès ce matin par l'entreprise pour laquelle il travaille, et il fait l'objet d'un licenciement pour faute grave" indique le président du Sporting. "Une décision que l'on trouve tout à fait normale, de la même manière que l'on aurait trouvé normal que les stadiers qui ont frappé nos joueurs à Nice en 2014 aient été licenciés aussi, ce qui n'a pas été le cas."