France

Le racisme français, Valbuena, son entourage : l'interview choc de Benzema !

Commentaire(s)
Karim Benzema sort du silence !
Karim Benzema sort du silence !

Longuement interviewé par Marca dans un entretien paru ce matin, Karim Benzema est sorti du silence pour se confier sur sa non-sélection en équipe de France. Selon lui, sa mise à l'écart est due à "la pression d'une partie raciste de la France"...

Twitter est en ébullition depuis 1 heure ce matin et le post du quotidien espagnol Marca, annonçant sur le réseau social sa une de ce mercredi. On y voit Karim Benzema tenant fièrement sa médaille, gagnée samedi soir à Milan en finale de la Ligue des Champions. Jusque-là tout va bien, mais à sa gauche, le titre attire l'attention, choque, assomme... "Deschamps a cédé sous la pression d'une partie raciste de la France."

Oui, Karim Benzema parle bien de racisme pour expliquer sa non-sélection en équipe de France pour le prochain Euro. S'il ne s'en prend pas directement aux premiers décisionnaires, à savoir Didier Deschamps et Noël Le Graët - président de la Fédération française - , l'attaquant du Real Madrid laisse entendre que sa mise à l'écart a été tranchée en plus haut lieu. "Il faut savoir qu'en France le parti d'extrême droite est arrivé au deuxième tour des dernières élections. Mais je ne sais pas si c'est une décision individuelle de Didier, car je m'entends bien avec lui, et avec le président. Je m'entends bien avec tout le monde."

Quid du public français ? Fin février, un sondage commandé par L'Equipe annonçait que 70% des français étaient contre un retour de Karim Benzema en Bleu pour disputer l'Euro. Là encore, l'intéressé a la parade. "J’ai plus de 40 millions de fans sur les réseaux sociaux et on dit que les gens ne m’aiment pas. C’est ridicule. Il y a eu beaucoup de pression, c’est sûr, mais c’est aussi de la faute de certains journalistes qui ont sorti des choses à la télévision qui ne sont pas vraies (...) La France va se rendre compte qu'elle a été injuste avec moi", poursuit l'ancien Lyonnais. "J'ai déjà subi le contrecoup de la Coupe du monde 2010, mais l'Euro, c'est encore plus dur. C'est l'une des plus grandes déceptions que j'ai eues, sans aucun doute."

Valbuena en prend aussi pour son grade !

Quant à Mathieu Valbuena, placé malgré lui au coeur de l'affaire qui lui vaut toujours une mise en examen, Karim Benzema estime qu'il "n'a pas dit la vérité"... "Dans cette histoire, la seule personne qui sait ce qu'il s'est passé, qui connait la vérité, c'est Valbuena. Il a joué un rôle, il n'a pas dit la vérité, et tout vient de là. J'ai voulu l'aider, rien de plus, et l'histoire s'est retournée contre moi", estime-t-il.

Amer, il pense aussi à défendre son entourage, souvent pointé du doigt comme étant à la base des problèmes extra-sportifs qu'il rencontre depuis plusieurs années. "On me critique beaucoup en France, moi, ma famille, mon entourage, mais si j'étais une mauvaise personne, mal conseillée, je n'en serais pas là aujourd'hui. Cinq années à Lyon, sept à Madrid, à gagner des titres." Ouvrir son armoire à trophées pour défendre son image, la tactique peut paraître hasardeuse. Mais avec Karim Benzema, il faut désormais s'attendre à tout. Même à un retour sous le maillot tricolore, qu'il n'exclut pas. "S'ils me veulent, sans problème. J'aime le foot et jouer pour ma sélection." Pas sûr que ce désir soit réciproque... Car consciemment ou non, l'attaquant de 28 ans a probablement mis un terme à sa carrière internationale, avec cette fameuse interview du mercredi 1er juin 2016.