Le Groupama Stadium sous très haute surveillance pour la finale

Alors que les craintes d'éventuels débordements aux abords du Groupama Stadium étaient l'une des préoccupations majeures de la finale de la Ligue Europa, Stéphane Bouillon, le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé ce lundi les contours de l'important dispositif policier. Il mobilisera 1200 agents, policiers ou gendarmes, équipés de canons et soutenus par un hélicoptère. "L’objectif est que la fête soit une vraie réussite. 400 caméras permettront de surveiller l'événement en direct, en complément des forces sur place. Tout un dispositif de transports en commun sera mis en place pour étanchéifier les mouvements de supporters. Des aires de stationnement dédiées et séparées seront mises en place dans le cadre de l'acheminement des supporters." À l'intérieur du stade, les 23 000 marseillais et madrilènes seront placés sous la responsabilité des stadiers de l'enceinte lyonnaise.

Concernant les éventuels déplacements de supporters indépendants des cortèges officiels, le dispositif aux abords du stade sera également renforcé. Les "défilés" seront interdits et les forces de l'ordre seront vigilantes concernant la revente illégale de billets. Le préfet Bouillon espère ainsi éviter des bagarres entre supporters marseillais, madrilènes ou lyonnais : "On ne peut exclure qu'il y ait des fights mais nous serons d'une extrême vigilance et prêts à réagir." Les effectifs policiers prévus sont deux fois plus importants que lors des matchs de l'Euro 2016, ou de nombreux affrontements s'étaient déroulés dans les villes hôtes.