L1

L'équipe-type de la 35e journée

Commentaire(s)
L'équipe-type de la 35e journée de Ligue 1.
L'équipe-type de la 35e journée de Ligue 1.

Suite à la 35e journée de Ligue 1, la rédaction de MadeinFOOT distribue ses bons points et dévoile son équipe-type du week-end.

L'ÉQUIPE-TYPE DE LA 35E JOURNÉE

  • Cardinale (Nice) : en difficulté à l'aller, le portier du Gym a cette fois-ci répondu présent face au PSG (3-1), à l'Allianz Riviera. Il a multiplié les parades décisives face aux attaquants parisiens (4 arrêts au total). S'il a encore rencontré quelques difficultés dans les airs (son point faible), il a en revanche compensé par sa forte présence sur sa ligne et sa vivacité pour aller au sol. Outre cela, il a été le premier relanceur de son équipe, un secteur qu'il maîtrise plutôt bien.
  • Corchia (Lille) : souvent mis en difficulté par le repli très parcimonieux de ses attaquants, le tricolore a su faire face aux assauts de Ikoné, puis Mbenza (4 tacles, 5 interceptions, 4 dégagements), mais s’est surtout distingué par son apport offensif. Auteur de trois centres, c’est lui qui a provoqué la faute de Skhiri sur le pénalty transformé par De Préville, pour l’ouverture du score du LOSC à Montpellier (0-3).
  • Glik (Monaco) : le défenseur central polonais s'est montré à son avantage face à Toulouse (3-1), samedi après-midi sous le beau soleil du Rocher. Impeccable défensivement, que ce soit face à Andy Delort ou Ola Toivonen, il a également impulsé le retour des Rouge-et-Blanc. Auteur de l'égalisation d'un coup de tête rageur (2 tirs au total).
  • Falette (Metz) : solide défensivement, autoritaire et appliqué (94% de passes réussies), l'axial a rendu une belle copie dans le derby lorrain, remporté 2-1 par son équipe. Il a apporté offensivement (3 tirs tentés) et a été tout proche d’inscrire son 4ème but de la saison mais Opa Nguette a légèrement dévié sa frappe qui a terminé au fond des filets.
  • Dalbert (Nice) : le latéral gauche des Aiglons n'a rien laissé passer face au PSG, hier soir. Intraitable défensivement (5 tacles réussis, 1 duel aérien gagné), il a parfaitement géré son couloir. De plus, il a tenté d'apporter le surnombre en phases offensives (1 dribble réussi et 1 tir).
  • Lopez (Marseille) : après un petit coup de mou ces dernières semaines, le minot a retrouvé son meilleur niveau sur la pelouse de Caen (1-5). Très actif au milieu de terrain (90% de passes réussies), il s'est fendu d'un doublé - son premier en carrière - digne d'un avant-centre. Avec ce doublé inscrit à 19 ans et 5 mois, il est devenu le plus jeune joueur de l'OM à réaliser pareil exploit en Ligue 1 sur les 30 dernières années.
  • Xeka (Lille) : grâce à une technique au-dessus de la moyenne (83% de passes réussies) et un volume de jeu impressionnant (6 tacles, 2 interceptions, 3 duels aériens gagnés), il était déjà le joueur Lillois le plus séduisant de la première heure de jeu, avant de doubler la mise de la tête, puis de délivrer une offrande à Terrier pour le troisième et dernier but Lillois.
  • R.Pereira (Nice) : replacé dans un rôle plus offensif depuis quelques semaines, le latéral droit portugais a fait la différence face au PSG (3-1). A l'origine de l'action sur l'ouverture du score de Balotelli, il a ensuite offert un bijou pour doubler la mise au retour des vestiaires. Avec ce deuxième but de la saison, il a réussi à offrir aux Aiglons un succès déterminant pour l'issue de cette saison.
  • Thauvin (Marseille) : le numéro 26 des Olympiens est en grande forme et l'a prouvé à Caen. Auteur du premier triplé de sa carrière en Ligue 1 (ses 13ème, 14ème et 15ème buts de la saison) et d'une passe décisive (sa 8ème de la saison) pour Maxime Lopez, il a rayonné pendant 90 minutes. Des buts tous plus beaux les uns que les autres, une justesse technique impressionnante et une gestion parfaite de ses efforts. Décisif et indispensable.
  • Sarr (Metz) : intenable face à Nancy, Ismaïla Sarr s’est démultiplié dans son couloir, enchaînant les courses et les appels de balle. Du haut de ses 19 ans, le Sénégalais, auteur d'un - énième - but superbe après un rush de 50 mètres, a posé de nombreux problèmes à la défense nancéienne (6 dribbles réussis, 49 ballons touchés, 1 tir). Au final, une superbe prestation devant son public, qui plus est dans un derby !
  • Balotelli (Nice) : qu'on se le dise, l'Italien aime l'odeur des grands matches ! Face au Paris Saint-Germain, il a participé au jeu plus que d'ordinaire et s'est comporté en un véritable patron (2 tirs, 3 dribbles réussis, 2 duels aériens gagnés et 2 tacles réussis). Son but est une merveille du genre : après avoir écarté facilement Marco Verratti à l’entrée de la surface, il a ajusté Kevin Trapp d’une frappe limpide du gauche des 25 mètres. Également, des appels tranchants et une conservation de balle qui ont permis à sa formation de bien ressortir le ballon lorsque Paris se trouvait dans un temps fort.