LDC

L'OL revient de très loin et fonce vers les 8es ! (résumé et notes de Lyon-Leipzig)

Commentaire(s)

Soirée complètement folle à Lyon, où l'OL a remonté un écart de deux buts face à Leipzig pour arracher sa qualification en 8es de finale de la Champions League.

Ligue des champions - Phase de poules / Groupe G

Lyon
2 - 20 - 2 RB Leipzig
H. Aouar 50'
M. Depay 82'
9' E. Forsberg (P.)
33' T. Werner (P.)

L’Olympique Lyonnais disputera bien la phase à élimination directe de la Ligue des Champions pour la deuxième fois consécutive. Il lui fallait une victoire devant Leipzig pour s’en assurer, mais un nul (2-2) lui a suffi puisque le Benfica s’est imposé, dans le même temps, devant le Zénith St-Pétersbourg (3-0). Ce point offre donc à l’OL la deuxième place du groupe et l’accession aux huitièmes de finale, mais a été ô combien difficile à décrocher...

C’est un miracle qui a eu lieu. Non pas que tenir en échec l’actuel deuxième de Bundesliga, battu sur sa pelouse à l’aller (0-2) et déjà qualifié pour les 8es de finale avant le coup d’envoi, soit considéré comme une performance exceptionnelle pour les septuples champions de France, mais au vu du scénario et plus particulièrement d’une première mi-temps catastrophique, c’est bien d’une intervention divine dont avaient besoin les hommes de Rudi Garcia pour espérer franchir les poules.

Les quelques 53 000 spectateurs massés dans les travées du Groupama Stadium n’ont pas eu à attendre bien longtemps après le coup d’envoi pour comprendre que leurs protégés allaient rater leur entame de match. Rien ne laissait présager, en revanche, qu’ils allaient littéralement se saborder. Dès la 9ème minute, une passe en profondeur de Demme a pris à revers toute la défense lyonnaise et esseulé Anthony Lopes face à Yussuf Poulsen, lancé à pleine vitesse dans sa surface. Premier sur le ballon, l’attaquant danois s’est fait faucher par le Portugais et l’arbitre Mr.Taylor, alerté par ses assistants vidéos, a accordé un premier pénalty à Leipzig, transformé avec sang-froid par Emil Forsberg (9ème). Vingt-cinq minutes de bouillie lyonnaise plus tard, un deuxième a été marqué par Timo Werner, suite à une faute au moins maladroite de Lucas Tousart sur Christopher Nkunku (33ème).

Aouar allume la lumière

Comme si leurs défaillances individuelles et collective ne suffisaient pas, les joueurs Rhodaniens ont manqué de réussite quand la barre transversale de Gulacsi a empêché Moussa Dembélé de réduire le score juste avant la pause (47ème). L’OL a vu la lumière blanche au fond du couloir, mais Houssem Aouar a ramené la lumière en réduisant le score dès le retour des vestiaires, d’une frappe enroulée du droit sublime dans la lucarne opposée du gardien hongrois (50ème). On respirait alors beaucoup mieux côté lyonnais, même si les Gones étaient à ce moment précis derniers de leur groupe et éliminés de toutes compétitions européennes, après l’ouverture du score du Benfica.

Auteur d’une première heure de jeu indigne de son niveau, Memphis Depay a alors choisi le meilleur moment pour se réveiller. Une volée trop enlevée pour enfin lancer son match à la 69ème, puis un coup-franc vicieux bien repoussé par Gulacsi (74ème), encore bien inspiré pour remettre le Néerlandais en échec en un contre un (82ème). Mais dans la continuité de l’action, un centre d’Aouar dévié au premier poteau par Dembélé a offert à Depay une nouvelle occasion de rugir. Et cette fois, ce dernier ne s’est pas manqué en gagnant son duel avec Sarrachi, puis en trompant Gulacsi d’une frappe croisée du droit (82ème).

Les Lyonnais enfin lancés sur la voie des 8es, il ne leur restait plus qu’à tenir le score face à des Allemands qui, eux aussi, se contentaient bien d’un résultat leur offrant la première place de la poule. Mais rien ne devait être aisé pour Anthony Lopes et ses coéquipiers ce soir et sans un double sauvetage improbable de Jason Denayer et Fernando Marçal devant Cunha et Laimer (86ème), leur ascenseur émotionnel serait redescendu de plusieurs étages. Qu’importe ! En février, ils tutoieront bien les sommets européens.