Aulas fait le point sur le dossier Fekir


Le dossier Nabil Fekir (OL) a été abordé par Jean-Michel Aulas, le président rhodanien.
Le dossier Nabil Fekir (OL) a été abordé par Jean-Michel Aulas, le président rhodanien.

Dans un entretien accordé à RT France, Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, a évoqué le dossier Nabil Fekir. S'il espère toujours conserver son joueur, le dirigeant rhodanien ne le retiendra pas contre son gré.

Tout proche de rejoindre Liverpool il y a quelques semaines, Nabil Fekir est actuellement en Russie pour disputer la Coupe du Monde 2018 avec l'équipe de France. Si le joueur de l'Olympique Lyonnais (24 ans) est pleinement concentré sur le tournoi mondial, le milieu de terrain offensif ou attaquant a certainement son avenir en club dans un tout petit coin de sa tête. À écouter Jean-Michel Aulas, présent en Russie aux côtés de la délégation tricolore, la porte de sortie est toujours ouverte pour son capitaine entre Rhône et Saône.

"Il était prévu, à un moment, qu'il puisse partir à Liverpool. J'avais donné un feu vert, les choses ne se sont pas faites car elles ont trop duré", a d'abord expliqué le boss lyonnais, dans des propos glanés par RT France. "L'échec avec Liverpool a suscité l'intérêt d'autres clubs. Tout est possible", a-t-il poursuivi au sujet de son joueur, qu'il qualifie comme "exceptionnel" et "absolument unique." Si son objectif est de "le faire rester", Jean-Michel Aulas a précisé qu'un départ pourrait être à l'ordre du jour. Si tout le monde y trouve son compte.

"Moi mon objectif, c'est de le faire rester", a-t-il réaffirmé, déterminé à trouver la solution idéale pour l'Olympique Lyonnais et le joueur : "J'ai toujours écouté en priorité les joueurs, ce sont mes fils, j'espère qu'il va rester, mais s'il souhaite absolument partir, on va essayer de lui trouver le club le plus grand, par rapport à son efficacité et sa dimension." Sous contrat dans la capitale des Gaules jusqu'au 30 juin 2021, Nabil Fekir pourrait quitter son club formateur contre une somme de l'ordre de soixante-cinq millions d'euros, au minimum.