Le gros dérapage du président

Anthony Lopes a été blessé par des pétards durant Metz-Lyon
Anthony Lopes a été blessé par des pétards durant Metz-Lyon

Le FC Metz le savait, une lourde sanction l'attendait après l'arrête du match face à l'OL le 3 décembre dernier... Trois points dont un avec sursis ont été retirés aux Grenats. Un décision prise par la commission de discipline que Bernard Serin a beaucoup de mal à digérer.

Le président messin a donné une conférence de presse consécutive à l'annonce de la Ligue. Sous le coup de la colère, l'homme d'affaires s'est permis une comparaison plus que douteuse : "Quelle faute a-t-on commis ? Celle d'avoir laissé quelqu'un entrer avec un pétard gros comme une petite pile ? 488 engins pyrotechniques ont été jetés dans les stades de L1 cette saison. (...) C'est comme si, il y a quinze mois, la justice avait condamné le Bataclan."

Réagissez à l'article "Le gros dérapage du président"