Nîmes

Ferri revient sur sa situation difficile à Lyon

Commentaire(s)
Prêté par l'OL, Ferri est lucide sur sa situation
Prêté par l'OL, Ferri est lucide sur sa situation

Prêté fin novembre par l'OL à Nîmes, Jordan Ferri prend ses marques dans son premier club autre que l'écurie rhodanienne. Toujours très attaché à Lyon, le milieu de terrain est revenu dans L'Equipe sur sa situation avant son départ.

"La frustration de travailler la semaine, sans l'aboutissement le week-end, était trop grande." On peut aimer son club plus que tout. Y avoir tout connu comme joueur et grandi en tant qu'homme. Mais lorsque le temps de jeu devient inexistant ou presque, il devient évidemment impossible de s'épanouir pleinement. Ce que Jordan Ferri a confié à L'Equipe dans une interview publiée ce samedi : "Quand on t'enlève ça, tu as l'impression de ne plus être utile, de t'entraîner dans le vide. Le week-end, c'est dur, tu rentres de déplacement où tu n'as pas joué, tu es frustré, a-t-il avoué. J'en devenais même désagréable avec ma copine, mes proches. Ils me disaient : 'Fais quelque chose, parce que tu es chiant.'(Rires.)".

Faire quelque chose, c'était trouver un point de chute pour regagner du temps de jeu. Mais aussi et avant tout "effectuer un travail intérieur" pour mieux vivre la situation : "Ma famille m'a aidé à extérioriser, à ne pas laisser cette frustration polluer ma vie personnelle, à comprendre que je suis un privilégié : je gagne très bien ma vie, j'ai vingt-six ans, je suis en bonne santé, ma passion c'est mon métier, a-t-il reconnu. Je prends souvent l'exemple de mes cousins qui se lèvent très tôt pour aller sur les chantiers, qui font des heures, qui se démènent encore plus que moi au quotidien. Cela m'a fait du bien d'ouvrir les yeux. J'ai beaucoup pris en maturité". Plus mature pour être plus clairvoyant sur son choix de carrière ? "C'est ce qui m'a poussé à partir, même si c'était une décision compliquée".

Ferri : "Ce prêt est dans l'optique de trouver une porte de sortie"

Désormais, Ferri ne se fait plus d'illusions : même s'il n'est que prêté jusqu'à la fin de saison par l'OL, son avenir ne s'écrit pas entre Rhône et Saône : "Je suis simplement lucide. Ce prêt est dans l'optique de trouver une porte de sortie avant la fin de mon contrat (2020) afin que personne ne soit perdant". D'ici là, le joueur de 26 ans compte bien mettre toutes les chances de son côté pour avoir les meilleurs propositions possibles l'été prochain : "C'était plus avantageux qu'on me voie sur les terrains, pour préparer le prochain mercato d'été, que de rester sur le banc à Lyon". Avec quatre matchs dont trois titularisations depuis son arrivée (1 passe décisive), le Gone est en tout cas parti sur de bonnes bases.