OL

Arrêt de la L1 : J-M.Aulas adresse une longue lettre au gouvernement

Commentaire(s)
Jean-Michel Aulas, le président de l'OL.
Jean-Michel Aulas, le président de l'OL.

Opposé à la décision de la Ligue de Football Professionnel d'arrêter la saison à cause de la pandémie de coronavirus, Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, a rédigé une lettre ouverte dans laquelle il appelle l’Etat français à revenir sur sa décision d’interrompre la saison.

Décidément, Jean-Michel Aulas est tenace et n’est pas prêt de lâcher l’affaire. L'emblématique président de l'Olympique Lyonnais poursuit sa lutte acharnée pour que la décision prise il y a un mois déjà par les instances de stopper la saison 2019-2020 en France soit invalidée. Dans l'espoir de parvenir à ses fins, le patron du club rhodanien s'est fendu, ce lundi, d'une longue lettre ouverte adressée au gouvernement du pays, intitulée "Lettre ouverte à Monsieur le Premier ministre et à Madame la ministre des Sports pour que le 2 juin soit synonyme d’espoir pour tout le football français".

Une décision trop hâtive, lourde de conséquences

Après un rappel de la chronologie des événements, le boss lyonnais déploie son argumentaire en soulignant, à travers plusieurs points précis, que rien n'obligeait le gouvernement français de se prononcer aussi vite. Comme depuis plusieurs semaines, Jean-Michel Aulas rappelle que l'instance européenne de l'UEFA n’a jamais mis la pression sur les associations nationales pour qu'il y ait une date limite de la fin des compétitions et fait part de ses regrets concernant le fait que la LFP n'ait pas souhaité discuter d’un format différent pour boucler l’exercice. Le classement final, calculé sur le quotient point pris/matches joués alors que ce n’était pas ce qu’avait préconisé la FFF, est aussi dans le viseur du président des Gones.

Par la suite, Jean-Michel Aulas s'est concentré sur l'actualité depuis le début du mois de mai, mettant en avant les nombreuses péripéties qui se sont produites et qui plaident en faveur d’un rétropédalage du gouvernement et aussi de la LFP. La reprise chez les pays voisins de la France, avec le respect des consignes sanitaires, est bien évidemment soulignée par le patron de l'Olympique Lyonnais, qui n'a par ailleurs pas manqué de pointer les répercussions négatives d'une saison abandonnée pour la santé financière du football français. Enfin, il a déploré le fait qu’il n'y ait pas eu de recours possible contre une décision qu'il qualifie comme "injuste".

Son message au gouvernement

Enfin, Jean-Michel Aulas conclut sa longue missive en s'adressant officiellement et directement au Premier ministre et à la ministre des Sports, leur demandant de revenir sur la décision prise par la Ligue de Football Professionnel : "Monsieur le premier ministre, madame la ministre des Sports, le 2 juin va permettre d'aménager le déconfinement, d'homogénéiser les décisions relatives à la pratique collective du culte, aux courses hippiques ou encore aux prochaines élections municipales. Beaucoup d'évolutions et d'espoirs sont attendus à cette date pour que la France retrouve progressivement une belle dynamique", écrit-il, et de terminer.

"Pourrions-nous imaginer que le 2 juin soit aussi une opportunité formidable de rectifier l'erreur concernant le football français et de permettre, avec un protocole sanitaire utilisé partout, de donner le point de départ d'une reprise progressive des entraînements (en juin) et, pourquoi pas, d'une reprise des championnats de la saison 2019-2020 sur les mois de juillet ou août comme l'a suggéré précisément l'UEFA dès le 21 avril dernier et depuis confirmé par Aleksander Ceferin par courrier le 14 mai ?"