OL

Aulas livre son témoignage après les incidents à Bastia

Jean-Michel Aulas, le président rhodanien

Les images des événements survenus dimanche à Furiani ont ému l'ensemble des observateurs. Placé en première ligne lors de ce match électrique, le président lyonnais Jean-Michel Aulas a choisi de briser le silence dans la soirée d'hier, tentant ainsi de faire la lumière sur un chapitre bien noir de ce week-end Ligue 1...

"C'est une immense souffrance, parce qu’on est dans un contexte où le sport devient complètement minoritaire par rapport à toutes les tendances actuelles et vraiment, c’était une soirée dramatique." Abattu, Jean-Michel Aulas l'était hier soir dans la foulée du match arrêté à Bastia, suite à des attaques répétées d'une partie des supporters corses à l'encontre de ses joueurs. Effaré, aussi, par le scénario ubuesque de cet après-midi terrible, débuté par une première altercation à l'échauffement, retardant le coup d'envoi, avant une nouvelle bagarre générale survenue alors qu'Anthony Lopes regagnait les vestiaires. Sur les ondes de RMC, le président lyonnais s'est livré sur ces incroyables incidents :

"Il y a eu une première altercation pendant l’échauffement au moment où une cinquantaine de supporters du kop indépendant de Bastia ont enjambé les barrières et frappé un certain nombre de nos joueurs dont Anthony Lopes. Imaginez des supporters qui vont sur le terrain, frapper des joueurs. [...] Les joueurs et Bruno Genesio ne voulaient pas jouer ce match, car ils étaient complètement choqués parce qu’ils ont appris par l’intermédiaire d’amis, qu’il y avait probablement une forme de préméditation dans cet exercice. On a réussi à les convaincre... Le match a donc repris, avec la possibilité de s’échauffer avant, mais de l’autre côté du terrain. [...] À la fin de la première mi-temps, les mêmes supporters sont venus agresser Anthony Lopes et là, ce qui a dépassé l’entendement, c’est que le directeur de la sécurité de Bastia l'a frappé lui-même" raconte, indigné, le dirigeant rhodanien.

L'attitude exemplaire des joueurs bastiais

Le comportement de l'encadrement local est ainsi au cœur des griefs du président Aulas : "Les images de la deuxième altercation montrent que c'est bien le directeur de la sécurité qui en est à l'origine, lui qui s'était engagé à contenir les incidents. Lopes a été frappé, Gorgelin aussi, ainsi que Mateta. On a vu des stadiers frapper nos joueurs !" assure-t-il. Pourtant, tous les Bastiais n'ont pas participé au déferlement de violence contre les Gones. Au contraire, l'homme fort de l'OL explique que les joueurs du Sporting ont tout fait pour s'interposer : "Ils ont été irréprochables, parce qu’ils ont défendu eux-mêmes, contre leur propre sécurité et leurs propres supporters, les joueurs de Lyon, le président Géronimi a tout tenté pour s’opposer à ces actes absolument inqualifiables." Interrompu pour de bon, le match est désormais au centre d'une enquête ouverte par le procureur de la République de Bastia. Sans oublier, également, les sanctions qui attendent le SCB, alors que la commission de discipline de la LFP se réunira jeudi prochain.

Catégorie :  OL, Ligue 1


réagissez a cette article
infos suivante & précédente

scan infos OL

1 2 3 4 5