OL

Aulas soutient Genesio...avec ambiguïté

Commentaire(s)
Le président lyonnais a de nouveau affirmé avoir confiance en son coach, dans un style bien à lui
Le président lyonnais a de nouveau affirmé avoir confiance en son coach, dans un style bien à lui

Alors que Bruno Genesio est vivement critiqué par une partie des supporters lyonnais, le coach rhodanien aura la pression au moment de se déplacer à Angers, dimanche. Dans les colonnes de L'Equipe, Jean-Michel Aulas a de nouveau soutenu son entraîneur, tout en affirmant qu'il ne le défendait pas.

Lyon se déplace dimanche sur la pelouse d'Angers dans un match qui semble déjà crucial sur le plan comptable, ainsi que pour son coach Bruno Genesio, régulièrement décrié par une partie des supporters lyonnais ces dernières semaines...mais systématiquement défendu par son président Jean-Michel Aulas. Ce que le patron des Gones ne voit pas vraiment sous cet angle : "Quel serait mon intérêt de protéger Bruno si je sentais qu’on ne pouvait pas atteindre les objectifs ou qu’il n’avait pas le potentiel ? Je n’ai pas de finalité à être ami avec Bruno. Je défends l’institution, pas Bruno", assure-t-il dans les colonnes de L'Equipe.

Avant de reprendre : "Si je trouve qu'il progresse ? Absolument. Je suis à toutes les causeries, j'entends les réflexions stratégiques, sa manière de gérer les joueurs...Le premier impacté par une mauvaise décision, c'est moi ! Je ne vais pas m'autoflageller pour protéger Bruno", déclare-t-il avec sincérité. Avant d'y ajouter une note d'ambiguïté : "S'il est en danger ? Répondre, c'est aller dans le sens de ceux qui disent que je le protège. Il est en danger, comme tous les entraîneurs, mais pas plus."

Une chose est sûre, les Gones seraient bien inspirés de s'imposer en terre angevine dans cette 8e journée de Ligue 1. Nabil Fekir et ses coéquipiers ont glissé à la sixième place du classement après la victoire de l'OM dimanche dernier, et sont même provisoirement huitièmes en attendant leur rencontre de dimanche.