OL

De son enfance difficile en Côte d'Ivoire à titulaire à Lyon, la belle histoire de Diomandé

Commentaire(s)
Diomande lors de son premier match en pro avec l'OL
Diomande lors de son premier match en pro avec l'OL

Révélation de la saison du côté de l'Olympique Lyonnais, Sinaly Diomandé (19 ans) n'a pas toujours connu une vie facile. Pour L'Équipe, le défenseur ivoirien est revenu sur son enfance en Côté d'Ivoire et son arrivée à l'OL.

S'il débute ce soir face à Brest en ouverture de la 26ème journée de Ligue 1, Sinaly Diomandé enchaînera sa cinquième titularisation en championnat. D'abord quatrième choix dans la hiérarchie, le natif de Yopougon a doublé la recrue Benlamri avant de profiter des blessures successives de Denayer et Marcelo pour s'imposer dans le 11 de départ de Rudi Garcia, mais il sait que le chemin est encore long pour lui. "J'ai encore beaucoup à apprendre mais je ne suis pas trop surpris de ce qui m'arrive car je bosse dur. Et je garde la tête haute. Je sais que je viens de très loin..."

Une enfance difficile

Arrivé du club malien du Guidars FC en septembre 2019, Diomandé a grandi en Côte d'Ivoire au côté de son papa avec qui l'entente n'était pas toujours très bonne. "C'était un peu compliqué... Mon père avait trois femmes (...) et elles ne s'entendaient pas toujours...", concède t-il. Alors pour s'évader, le petit Sinaly se met à jouer au football ce qui ne plaisait pas non plus à son paternel. "Comme j'ai décidé d'arrêter l'école en CM1 pour faire du foot, ça a fâché mon père. Il ne me donnait plus rien, notamment pour manger, je me débrouillais avec des grands frères ou des amis du quartier."

Qu'importe ce qu'en pense son papa, Diomandé continue de jouer, allant même aider des maçons pour ensuite s'acheter des chaussures. Avec l'aide de son aîné, le jeune homme passe une détection à l'Académie Jean-Marc Guillou au Mali et intègre finalement le centre en Côte d'Ivoire à l'été 2017. "Là, chaque mois, on me donnait 15 000 Francs CFA (23 € environ) et la nourriture ne manquait pas. Les agents de l'Académie m'ont alors parlé d'un voyage en France pour un tournoi. Et voilà comment j'ai été pris par Lyon", raconte Diomandé.

Une histoire de crampons

Débarqué en France des étoiles plein les yeux après s'être vu présenté les installations de l'OL, Diomandé avoue avoir été intimidé lors des ses premiers jours au sein du club rhodanien. "Tu vois les gars à la télé, et d'un coup, tu te retrouves à côté d'eux... Je ne parlais pas au début." S'il s'entraîne avec le groupe pro, le défenseur d'1m84 évolue d'abord avec la réserve en N2, mais peine à se faire à ce nouveau monde. "Je voulais rentrer. Il faisait froid et mes agents ne me donnaient pas de chaussures. Je suis arrivé avec celles de Côte d'Ivoire, mais quand les crampons ont été un peu usés, je glissais. J'en ai parlé à Florian Maurice (responsable recrutement de l'époque) et Joachim Andersen lui en a donné. Mais lui chausse du 45, je pense, et moi du 44, j'ai joué avec ça pendant trois ou quatre mois."

Sélection et prolongation

Cet épisode causasse n'a cependant pas freiné Diomandé dans sa progression. Décrit comme "un joueur équilibré, avec une bonne vitesse, agressif et techniquement plutôt à l’aise" par Juninho, le numéro 2 effectue ses débuts en pro le 18 septembre 2020 à l'occasion du match nul (0-0) entre Lyon et Nîmes. Après plusieurs entrées convaincantes, Diomandé est même appelé avec sa sélection et honore sa première cape face à la Belgique en octobre dernier. "Honnêtement, mes larmes ont coulé un peu quand j'ai eu ma première sélection", concède t-il. Après cette première récompense, le défenseur a également été prolongé par l'Olympique Lyonnais fin janvier. Désormais lié au club jusqu'en 2025, Diomandé a de belles années devant lui.