OL

Gourcuff, Aulas... Fournier met les points sur les i !

Commentaire(s)
Hubert Fournier (OL) impose sa patte et ses choix, semaine après semaine.
Hubert Fournier (OL) impose sa patte et ses choix, semaine après semaine.

L'été dernier, l'Olympique Lyonnais avait jeté son dévolu sur Hubert Fournier. Épatant avec le Stade de Reims, le technicien champenois était attendu au tournant entre Rhône et Saône. Après plus de huit mois passées en terre rhodanienne, force est de constater qu'il a parfaitement pris la mesure de son nouvel environnement. Il l'a d'ailleurs prouvé à nouveau en ce milieu de semaine.

À l'orée de la trente-et-unième journée de Ligue 1, l'Olympique Lyonnais, deuxième du classement, est toujours en course pour le titre de Champion de France. Mais, malgré ces statistiques flatteuses, ne croyez pas que la saison rhodanienne ait été de tout repos. Dans un long entretien accordé à nos confrères du quotidien Le Progrès, l'entraîneur lyonnais, Hubert Fournier, a évoqué sa première année passée entre Rhône et Saône. L'occasion pour lui de faire certaines mises au point.

Premier thème abordé par l'ancien technicien du Stade de Reims, la sortie rocambolesque de son milieu de terrain et meneur de jeu, Yoann Gourcuff, lors de la défaite concédée face aux Aiglons de Nice il y a quinze jours : « Je ne vais pas dire que j’ai été choqué. Mais j’ai été mécontent de sa sortie. Il n’y est pour rien, c’est une blessure. Mais sortir comme ça… On a été mis devant le fait accompli. Il a fallu attendre que Momo Yattara soit apte à rentrer. Et on a été quatre à cinq minutes à dix », a-t-il confié dans les colonnes du journal régional.

"Je crois surtout qu'il n'en pouvait plus"

Mais ne comptez par sur Hubert Fournier pour mettre au placard son talentueux mais plus que fragile joueur. Le technicien l'a répété, une nouvelle fois : il ne garde aucune rancune à l’égard de son milieu offensif. « Une faute ? Non. Il n’a pas mesuré les répercussions que ça pouvait avoir. Et puis il était tellement déçu. Il faut se mettre aussi à sa place, tout ce qu’il a vécu ici, et avoir encore une rechute en cette fin de saison, c’était peut-être trop à supporter pour lui. Et du coup, il en a oublié un peu le collectif. Il se connaît très bien. Il savait que c’était fini. Il n’avait pas besoin du staff médical. Mais il serait resté sur le terrain, se serait allongé... Bon, ça nous aurait permis de… Je crois surtout qu’il n’en pouvait plus. C’était plus ce signe-là », a-t-il concédé.

Autre point qui a suscité le courroux du patron sportif des Gones, la communication excessive de son président, Jean-Michel Aulas, sur les réseaux sociaux. Là-aussi, le technicien de l'OL semble avoir enterré la hache de guerre : « On en a parlé, forcément. On ne se parle pas par médias interposés. J’ai donné mon avis. On s’est expliqué et la discussion a duré moins longtemps que la polémique. Heureusement ! Il a essayé de me convertir, de m’expliquer les bienfaits, et sa stratégie sur Twitter », a-t-il dévoilé, semble-t-il peu convaincu par l'utilisation abusive de ces nouveaux systèmes de communication. Pour Hubert Fournier, la vigilance doit être de mise : « Le président a sa communication. Elle ne me dérange pas. Mais il ne faut pas que ça perturbe ou que cela ait des répercussions négatives sur le vestiaire », a-t-il conclu.

Pour la deuxième fois de la saison, Hubert Fournier est monté au créneau, se comportant comme un vrai patron devant les médias. Suffisant pour emmener ses joueurs vers un huitième de titre de Champion de France ? L'avenir nous le dira mais, pour une première saison dans un environnement inédit et assez délicat, une chose est sure : le technicien séduit.