Individualisme, penaltygate : Mariano répond aux critiques et s'affirme !


Mariano assure être aussi impliqué individuellement que collectivement
Mariano assure être aussi impliqué individuellement que collectivement

Il a déjà inscrit douze buts en Ligue 1 cette saison. Pourtant, Mariano Diaz est régulièrement sous le feu des critiques. Moins présent dans le jeu que son prédécesseur, Alexandre Lacazette, l'attaquant a répondu dans L'Equipe.

Avec Mariano, l'OL a sans doute trouvé le remplaçant d'Alexandre Lacazette... Pourtant, l'ancien du Real est souvent pointé du doigt pour un manque d'esprit collectif. "Je crois qu'il est aussi important de mettre des buts que de faire des passes décisives, de se bagarrer, de faire du jeu", répond-il dans une interview accordée à L'Equipe. Performances individuelles ? Performances collectives ? Le buteur l'assure, il "met totalement les deux aspects au même niveau."

L'attaquant refuse de se mettre en avant : "mes coéquipiers connaissent mes qualités, ils peuvent s'adapter à moi, comme, surtout, moi à eux." Des soucis apparaissent pourtant dans l'attaque rhodanienne. Fekir et Mariano n'ont échangé aucun ballon lors du match à Amiens (2-1). L'Hispano-Dominicain est très calme face à cela : "je pense que cela n'a pas trop d'importance. Il n'y a pas eu de passe cette fois, mais il y en aura dans un autre match." Les offensifs lyonnais ont déjà prouvé leur complémentarité : "on peut se trouver comme à Saint-Etienne où je lui ai fait la passe décisive sur ce but célèbre."

"J'aimerais tirer les penalties"

Ce but est resté dans les mémoires puisque Nabil Fekir a présenté son maillot à la tribune stéphanoise... Autre but, autre moment célèbre : le "penaltygate" à Troyes alors que l'OL mène déjà (3-0). "Oui, j'aimerais tirer les penalties, reconnaît l'ancien Madrilène. Ce jour-là, Memphis voulait réussir son coup du chapeau, et moi je voulais marquer." Quelques mots plus tard "on a décidé, au final, c'est lui qui a tiré et voilà, aucun problème." Pour autant, Mariano semble frustré : "une fois chacun, ce pourrait être bien." Il faut dire qu'avec ses douze buts, l'attaquant est le meilleur buteur sélectionnable par la Roja pour la coupe du monde...

Avec quelques coups de pied de réparation supplémentaires, ce pourrait être un billet validé pour la Russie : "c'est vrai que si tu ne tires pas les penalties, tu ne peux pas prétendre au même total en fin de saison." Sans ces unités, l'attaquant est obligé de scorer dans le jeu. Une pression pour lui ? "Un attaquant a toujours la pression, assure-t-il. Je l'ai toujours voulue, et j'aimerais en avoir chaque jour un peu plus. Elle me fait progresser." Mariano Diaz est déterminé. Plus l'enjeu est grand, et plus la motivation est importante : "j'ai encore plus d'ambition aujoud'hui qu'en arrivant à l'OL."