OL

Jean-Michel Aulas répond aux critiques !

Commentaire(s)
Jean-Michel Aulas, le président de l'OL.
Jean-Michel Aulas, le président de l'OL.

Le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, persiste et signe. Dans un entretien accordé ce jeudi à l'Agence France Presse, le boss du club rhodanien a encore répété sa position concernant l'arrêt de la saison 2019-20 en Ligue 1.

Jean-Michel Aulas (71 ans) n’en démord pas : l'emblématique président de l'Olympique Lyonnais a toujours en tête une possible reprise de la saison 2019-2020 de Ligue 1, malgré l'arrêt définitif acté il y a quelques petites semaines par la Ligue de Football Professionnel. "Quand on est de bonne foi, et devant l’évidence, on se doit de dire que les gens qui ont fait l’erreur d’arrêter trop vite ne feront pas la deuxième erreur, qui serait de ne pas reprendre. J’espère que ça va reprendre. Nous aurions pu le faire en juillet, car rien n’interdit qu’on puisse reprendre", a-t-il expliqué dans un entretien à l’AFP et de préciser qu'après avoir déposé des recours devant la justice, il n'excluait pas désormais de se tourner vers l'Autorité de la concurrence.

Autre thème abordé par l'homme fort des Gones, sa position au sein du collège de Ligue 1 qu'il préside. Jean-Michel Aulas a été très clair à ce sujet : il ne veut pas croire à une tentative de putsch de ses homologues et assure qu'il ne se sent pas sur la sellette. "Je ne pense pas. Dans leurs fantasmes, un certain nombre de gens peuvent imaginer résoudre des désaccords en essayant de me mettre sur le côté. Cela fait 33 ans que je milite au G14, à l'ECA (European Club Association) dont je suis à l'origine, pendant 25 ans j'ai été administrateur et vice-président de la LFP, je suis membre du Comité exécutif de la FFF. Je suis au syndicat Première Ligue, je suis à la FIFA pour défendre le foot féminin. Je n'ai rien à me reprocher", a-t-il estimé.

Malgré les mots échangés avec certains présidents de Ligue 1 par médias interposés, Jean-Michel Aulas assume complètement son comportement et ses multiples prises de position. Selon le principal intéressé, il s'est simplement posé en garant de "l'équité et de l'éthique" : "Je pense avoir démontré la vision de ce que doit être un dirigeant de club et d'institution, tout ce qu'il fallait faire pour être dans la droite ligne de l'équité et de l'éthique. Si certains pensaient que je ne puisse pas être au poste où je suis, ils avaient l'occasion sur les deux derniers collèges. À aucun moment, il n'a été envisagé de mettre un terme à mes fonctions", a-t-il insisté en conclusion.