OL

L'immense cri du coeur de Memphis après la bagarre avec les supporters

Commentaire(s)
L'immense coup de gueule de Memphis Depay
L'immense coup de gueule de Memphis Depay

Au bord des larmes, Memphis Depay a réagi aux incidents avec les supporters qui ont éclatés après le match entre l'OL et Leipzig. Le capitaine lyonnais est plus que remonté par les évènements.

Le visage fermé, le regard noir, Memphis Depay n'a pas caché son énervement au moment d'évoquer la bagarre avec les supporters ce mardi soir, après la qualification pour les 8es de finale de LDC. L'attaquant de l'Olympique Lyonnais, capitaine du club, a visiblement été très touché par les évènements et a fait tomber le masque, lui qui est d'ordinaire détaché de tout évènement. Très remonté contre ses propres fans, l'ancien de Man United a les larmes aux yeux au moment de sortir du silence.

"Regardez mes yeux, qu’est ce que vous voyez ? Je suis furieux, en colère. Je ne sais pas quoi dire. Franchement, je ne sais pas. Ce n’était pas notre meilleur match, mais on s’est qualifié. Les joueurs sont venus sur le terrain. On a joué avec nos coeurs et on s’est qualifié. C’est extrêmement difficile pour une équipe de jouer en sachant que l’un d’entre nous est en conflit avec nos supporters. Qu’est ce que vous attendez de notre équipe ? Il faudrait quoi ? Qu'on aille les remercier alors qu'ils disent des choses folles sur nos familles, nos enfants ?" s'emporte Depay.

"Nos fans ne veulent pas faire un avec l'équipe"

Comme un grand capitaine, l'attaquant hollandais tente de se contenir pour montrer l'exemple. "Il faut que je sois prudent. Ça me rappelle ma vie, mon passé. Je n'ai pas envie d'être cet homme-là. J'ai mûri, je suis devenu plus calme mais je n'ai pas de mots pour ça. Ça n’a aucun sens de jouer dans un stade plein si on ne peut pas fêter avec nos supporters et voir ça. En tant qu’équipe, on fait confiance au joueur, on veut faire un avec nos fans, mais eux ne veulent pas faire un avec l’équipe. C’est aux dirigeants de prendre leurs responsabilités. Si vous quittez le terrain avec ce sentiment, ça ne va pas. C’est difficile de rester calme" explique-t-il. "Ça fait mal de quitter le terrain comme ça. On est uni et on est fort".

Forcément, le numéro 11 a fini par revenir sur l'évènement qui a tout déclenché : sa course vers un supporter qui tenait une banderole offensante à l'encontre de Marcelo. "J’ai couru vers lui pour lui dire « détends-toi, pose ce drapeau ». Qui a le temps de peindre un âne sur un drapeau ? Si vous venez au stade, il faut nous soutenir, tout le monde, et pas seulement ceux qu'ils choisissent et laisser le reste de côté". Un immense coup de gueule pour le capitaine de l'OL.