OL

Lopes - Tatarusanu : froid au but !

Commentaire(s)

Des tensions émergent déjà du vestiaire lyonnais, largement chamboulé durant ce mercato. C'est chez les gardiens que l'ambiance n'est pas au beau-fixe, Anthony Lopes et Ciprian Tatarusanu n'ayant pas la même idée sur leurs places respectives dans la hiérarchie.

Il eut été intéressant d'observer comment Anthony Lopes a passé le relais à Ciprian Tatarusanu, mercredi soir à Genève, si le second avait remplacé le premier en cours de jeu plutôt qu'à la mi-temps du match face à Liverpool (défaite 1-3 de l'OL). Pas sûr que les deux gardiens Lyonnais se seraient livrés à une grande accolade, ni même affiché le moindre signe de connivence. Il semblerait en effet que leurs relations sont encore très fraîches, pour ne pas dire glaciale, depuis l'arrivée de l'ancien Nantais cet été.

Recruté quelques jours avant le départ de Mathieu Gorgelin au Havre, Tatarusanu (33 ans), dont le contrat au FCN arrivait à expiration, avait débarqué dans le Rhône avec un discours étonnant : "personne ne m'a dit que je venais à Lyon pour être numéro 2. Si on m'avait dit ça, je ne serais pas venu." Le grand portier roumain (1m98) n'est pas arrivé sur la pointe des pieds, c'est un euphémisme, et ses propos n'ont pas plu à celui dont il se considère comme le concurrent au poste de numéro un.

Lopes (28 ans), qui était proche de parapher un nouveau contrat début juillet, n'a toujours pas prolongé. Une entaille sur les commissions d'agents serait à l'origine de cette volte-face, mais le portugais aurait également mal vécu les conditions du recrutement de Tatarusanu, d'après L'Equipe. De son côté, l'ex-Canari digérerait assez mal les disparités des discours qui lui ont été tenus au cours des deux derniers mois, son entraîneur Sylvinho expliquant désormais que "la priorité, c'est Lopes". Le coach brésilien, Juninho, mais aussi l'entraîneur des gardiens Grégory Coupet, ont déjà un début de crise à gérer.