OL

Marcelo revient sur la crise avec les supporters

Commentaire(s)

Pris en grippe par ses propres supporters, Marcelo avait aggravé la situation en leur répondant dans une ambiance très tendue, en fin d'année dernière. Revenu en odeur de sainteté depuis quelques semaines, il s'est confié en longueur sur cette période de troubles.

Marcelo a décidément pris de bonnes résolutions pour 2020. Le défenseur brésilien, qui avait initié sa réconciliation avec les supporters lyonnais, mi-janvier à l'occasion d'un déplacement à Bordeaux, a réalisé un autre effort important, avec les médias cette fois, en répondant en français aux premières questions de sa conférence de presse du jour. Il a cependant choisi sa langue natale pour revenir sur son clash retentissant avec le public du Groupama Stadium, le 10 décembre dernier à l'issue de la qualification de l'OL pour les 8es de finale de la Champions League face à Leipzig.

Ce soir-là, Marcelo avait répondu aux invectives de certains membres du kop nord par des doigts d'honneur et la situation avait dégénéré quand Memphis Depay était venu s'interposer. "Ce geste-là ne me représente pas", se défend-il. "Mais qui n'a jamais connu de faute ? Je le regrette, je demande encore pardon, parce qu'il y avait des enfants dans les tribunes dont les miens. Oui, j'ai fauté, mais ce n'était pas le vrai Marcelo. J'ai perdu le contrôle. Cette erreur m'a fait grandir."

Marcelo : "Je ne l'avais pas prémédité"

Sa rémission, le joueur de 32 ans est donc allé la chercher en Gironde, le 11 janvier dernier, en allant saluer ses supporters au coup de sifflet final. "J'ai beaucoup pensé, beaucoup réfléchi", confie Marcelo, guidé par sa foi. "La chrétienté nous apprend beaucoup, notamment à pardonner même quand on n'est pas coupable. Ça ferme la porte à la haine et la vengeance (...) Ce geste-là, je ne l'avais pas prémédité, je n'en avais parlé à personne. Dieu est venu vers moi et c'était un geste de pardon. Il a mis fin à beaucoup de mauvaises choses."

Un temps ouvert à un départ ("ça m'a traversé l'esprit"), l'ancien roc du Besiktas est finalement resté à Lyon, où il enchaîne les performances depuis (6 titularisations d'affilée en L1). "Quelquefois, les choses ne vont pas bien et on passe par des moments de doutes. En ce moment, je vais bien. Je veux profiter au maximum de ces bons moments que je traverse, parce que ça ne dure pas toujours", devise-t-il. "Toutes les choses négatives sont passées derrière, on redevient naturel et la performance revient, la concentration aussi. A partir de là, l’esprit et le corps sont de nouveau reliés et le positif revient."