Memphis raconte son incroyable fin de saison


Memphis Depay a inscrit un triplé décisif face à Nice lors de la dernière journée.
Memphis Depay a inscrit un triplé décisif face à Nice lors de la dernière journée.

Au cours d'une longue interview dans la presse hollandaise, Memphis Depay revient sur sa saison à l'OL. Il explique notamment comment le changement tactique entrepris au printemps lui a permis de réaliser des performances ahurissantes ces dernières semaines.

Dix buts et sept passes décisives. Ce sont les statistiques de Memphis Depay sur ses huit derniers matchs en Ligue 1. Elles sont reluisantes et donnent un peu plus de consistance à la première saison pleine à l'OL du néerlandais (19 buts et 9 passes en 36 matchs en 2017-18), arrivé dans le Rhône à l'hiver 2017. Mais ces deux derniers mois de compétition ne doivent pas être analysés à travers le simple prisme des chiffres. Et pour cause, si Depay a brillé, c'est aussi parce que son rôle a évolué.

À son retour de sélection, fin mars, Bruno Genesio l'a d'abord placé à la pointe d'une attaque à trois, face à Toulouse (2-0), et non plus sur l'aile gauche de son habituel 4-2-3-1. En inscrivant un doublé salvateur, l'ancien Mancunien a largement répondu présent et apporté de nouvelles solutions à son entraîneur. "Ça s'est bien passé ce jour-là", se rappelle-t-il aujourd'hui dans une interview à Voetbal International. "Mais je ne suis pas un attaquant qui reste dans l'axe. Je représente une plus grande menace quand je peux plonger dans les couloirs."

Depay se sentait enfermé sur le côté gauche

Pour lui offrir plus de liberté et pallier, il est vrai, l'absence de Nabil Fekir jusqu'à la mi-avril, Genesio a ensuite utilisé Depay dans un système en 4-4-2 losange, soit comme numéro 10, soit comme soutien de Bertrand Traoré en attaque. Un système qui a fait ses preuves et qu'il a maintenu, même après le retour de Fekir. Capable de jouer en pivot, déborder, centrer, prendre la profondeur et faire preuve de sang-froid devant le but, Memphis Depay (24 ans), qui était peut-être aussi dans la forme de sa vie, s'est alors élevé à un niveau auquel on ne l'attendait pas entre avril et mai, au meilleur moment de la saison.

"Au début, j'ai joué à Lyon comme une sorte de milieu gauche", se souvient le numéro 11 des Gones. "Une partie importante de mes qualités ne pouvait pas s'exprimer. Le travail défensif a englouti une grande partie de mon temps et de mon énergie, alors que je devais faire la différence offensivement. Ça ne marche pas si on me restreint à un endroit du terrain, ça me limite et je dois être libre. Ce n'est pas que je ne veux pas défendre, chacun doit apporter sa contribution sur le terrain, mais la mienne est plus grande quand je peux suivre mon intuition sans être inhibé. J'aime rôder dans les espaces, créer des actions et du danger." Espérons pour l'Olympique Lyonnais qu'il continue à le faire encore longtemps du côté de Décines...