Si Metz fait appel, Lyon emboîtera le pas

Le président lyonnais a brocardé l'attitude de son homologue messin
Le président lyonnais a brocardé l'attitude de son homologue messin

La LFP a récemment annoncé sa décision de faire rejouer la rencontre Metz-Lyon, interrompue le 3 décembre dernier à cause des lancers de pétards visant Anthony Lopes. Une perspective froidement reçue du côté rhodanien, alors que Jean-Michel Aulas a annoncé aujourd'hui vouloir faire appel de cette décision, mais uniquement si les Grenats ouvrent la voie : "Comme je pense que Metz fera appel, si c'est le cas, nous ferons appel aussi car nous aurions pu également dans cette affaire gagner trois points" a-t-il noté, dans des propos repris par L'Équipe.

Malgré tout, si l'incompréhension demeure palpable dans les deux camps, les raisons de la colère divergent entre Messins et Lyonnais. Alors que Bernard Serin a récemment blâmé les points de pénalités infligés à son club suite aux incidents (se lançant notamment dans une comparaison très hasardeuse avec les attaques du Bataclan), l'homme fort de l'OL n'a lui pas manqué de donner un avis très tranché sur les propos du dirigeant lorrain : "La commission de discipline a fait son travail. J'ai lu les déclarations de mon homologue de Metz (vendredi) soir. Elles me font pleurer réellement parce que je trouve que le football ne doit jamais nous emmener sur des terrains aussi sordides que ceux abordés, hier" a-t-il noté. Pour les Gones, le principal point de frustration restera donc de ne pas recevoir les 3 points de la victoire sur tapis vert : "Si nous ne pouvons pas les gagner, ce qui aurait été logique et normal au travers de la jurisprudence, nous irons les gagner sur le terrain et c'est encore mieux" assure finalement Aulas.


Réagissez à l'article "Si Metz fait appel, Lyon emboîtera le pas"