Salaires

Memphis est toujours le mieux payé de l'effectif

Commentaire(s)

Le journal L'Equipe révèle ce vendredi les plus gros salaires du championnat de France, dans chaque club.

Trois millions d'euros. C'est la différence entre les salaires mensuels des joueurs les mieux payés du Paris St-Germain (Neymar) et du Stade Brestois (Paul Lasne). Ce gap, calculé selon les révélations faites par L'Equipe dans son grand dossier sur les salaires en Ligue 1 ce vendredi, ne révèle rien qu'on ne saurait déjà : financièrement, le club de la capitale navigue dans des sphères auxquelles les autres pensionnaires de Ligue 1 n'ont pas accès et ce depuis le début de la dernière décennie. En s'intéressant d'un peu plus près au classement des plus gros salaires du championnat, club par club, on se rend compte en revanche que de plus en plus d'équipes parviennent à offrir des salaires conséquents.

Il ne s'agit pas ici de Monaco, Marseille ou Lyon, dont la propension à offrir de gros salaires à leurs meilleurs éléments n'est pas une nouveauté, mais plutôt de Rennes, par exemple, qui a consenti un gros effort financier pour faire venir Steven Nzonzi et ses 400 000 euros de salaire brut mensuel, cet hiver. Idem pour Nice avec Kasper Dolberg (250 000 €) et Bordeaux avec Laurent Koscielny (240 000 €). Dans une moindre mesure, on peut également noter la même chose à Amiens avec Sehrou Guirassy (100 000 €) et à Dijon avec Yassine Benzia (95 000 €). Le DFCO flirte avec la barre des 100 000 euros de revenus mensuels pour un seul joueur, mais fait partie des sept clubs de L1 à ne pas l'avoir encore franchie.

Reims se débrouille bien, Gradel pèse lourd à Toulouse

Montpellier et Nantes sont eux passés par des prêts pour s'offrir Geronimo Rulli et Moses Simon, qui figurent là encore en tête des grilles salariales. À Metz et à Nîmes, on a choisi de prolonger ses meilleurs joueurs, Habib Diallo et Anthony Briançon, avec les revalorisations qui vont avec. C'est probablement à Reims que la politique salariale est la moins onéreuse, avec des émoluments plafonnés à 60 000 euros, malgré des résultats sportifs probants (8e en 2018-19, 7e actuellement). Phénomène inverse à Toulouse, lanterne rouge et privé depuis deux mois de Max-Alain Gradel, joueur le mieux payé de l'effectif (190 000 €).

LES PLUS GROS SALAIRES DE L1 PAR CLUB

  • PSG : Neymar (3 060 000 € brut mensuels)
  • Monaco : Wissam Ben Yedder (650 000 €)
  • Marseille : Kevin Strootman et Dimitri Payet (500 000 €)
  • Lyon : Memphis Depay (420 000 €)
  • Rennes : Steven Nzonzi (400 000 €)
  • Lille : Loïc Rémy (270 000 €)
  • Nice : Kasper Dolberg (250 000 €)
  • Bordeaux : Laurent Koscielny (240 000 €)
  • St-Etienne : Wahbi Khazri et Yann M'Vila (210 000 €)
  • Toulouse : Max-Alain Gradel (190 000 €)
  • Montpellier : Geronimo Rulli (150 000 €)
  • Nantes : Moses Simon (150 000 €)
  • Amiens : Sehrou Guirassy et Moussa Konaté (100 000 €)
  • Dijon : Bruno Ecuele Manga et Yassine Benzia (95 000 €)
  • Strasbourg : Matz Sels (90 000 €)
  • Metz : Habib Diallo (80 000 €)
  • Nîmes : Anthony Briançon (80 000 €)
  • Angers : Stéphane Bahoken et Rachid Alioui (70 000 €)
  • Reims : Alaixys Romao, Thomas Foket, Predrag Rajkovic et Anastasios Donis (60 000 €)
  • Brest : Paul Lasne (55 000 €)