UEFA - Un nouveau règlement qui va affecter le PSG...mais aussi l'OL et Monaco

Un nouveau règlement qui va affecter le PSG...mais aussi l'OL et Monaco


L'OL pourra-t-il continuer à vendre aussi cher ses joyaux ?
L'OL pourra-t-il continuer à vendre aussi cher ses joyaux ?

Le Parisien a dévoilé ce dimanche la préparation d'un nouveau règlement visant à réguler le marché des transferts, à partir de la saison prochaine. Si ses modalitésprécises seront discutées avant d'être votées le 24 mai prochain, voici les cinq tendances à retenir de ce projet baptisé "Fair-Play financier 2.0" par l'UEFA.

  • L'équilibre recettes-dépenses reste au coeur du projet

C'est la base de la formule actuelle du fair-play financier. L'équilibre entre recettes et dépenses doit être respecté durant chaque exercice. Dans la version actuelle, la limite de déficit est de 30 millions d'euros. Dans le nouveau projet, aucune limite n'y figure à ce jour. Selon Le Parisien, certains clubs dont le PSG insistent pour que ce plafond devienne un pourcentage du chiffre d'affaires.

  • Pour acheter beaucoup, il faudra vendre beaucoup

Limiter de la balance des transferts. Cette mesure est la plus forte de ce projet, puisqu'elle devrait rendre infime la probabilité de voir le PSG (ou un autre club) réaliser de nouveau un mercato aussi fou que celui du club francilien l'été dernier. Pour faire simple, la différence entre les achats et les ventes de joueurs sera limitée à -100 millions d'euros. Ainsi, si la règle avait été en vigueur lors du dernier mercato, Paris (qui a acheté pour 420 millions d'euros) aurait été obligé de vendre pour au moins 320 millions d'euros de joueurs durant cette saison 2017-2018. D'autres clubs ayant beaucoup acheté, comme le Milan AC ou Manchester City, sont donc aussi concernés, alors que l'endettement des clubs va aussi être encadré.

  • La fin des effectifs pléthoriques et des prêts à gogo

Bonne nouvelle pour les plus petits clubs, ils pourront garder certains de leurs joyaux plus longtemps ! En effet, il est question de limiter les effectifs à 25 joueurs professionnels. Ainsi, des formations comme Chelsea ou Manchester City (une soixantaine de joueurs sous contrat, dont la moitié sont prêtés) devront limiter leurs investissements sur des joueurs en devenir et recruter seulement ceux qu'ils pensent faire jouer à court ou moyen terme. Ce qui devrait considérablement limiter la manie qu'ont les Blues, entre autres, à acheter des éléments pour les prêter plusieurs années de suite avant, parfois, de les revendre sans qu'ils n'aient disputé la moindre minute avec le maillot de Chelsea...

  • OL, Monaco,...Ils seront concernés aussi

Si cette mesure pourrait donc indirectement profiter à des clubs d'un standing inférieur, elle pourrait aussi remettre partiellement en cause la stratégie de certains clubs français (mais aussi étrangers, évidemment). Ainsi, l'OL s'est fait une spécialité de former des joueurs de grand talent avant de les revendre cher (Benzema, Lacazette, Tolisso,...), quand Monaco recrute des jeunes très prometteurs avant de les revendre aussi à prix d'or. Dans le nouveau contexte pressenti pour la saison prochaine, la fièvre acheteuse des mastodontes sera naturellement moins importante et le marché des transferts va être orienté à la baisse. Il sera donc peut-être moins facile de vendre, et de vendre aussi cher.

  • La définition des parties liées, sujet sensible pour le PSG

Autre point aussi en discussion, "la définition exacte des parties liées" selon Le Parisien. Paris collabore en effet avec de nombreux partenaires de nationalité qatarienne. Le tout sera de savoir si ces partenaires doivent être considérés comme des parties liées. Car la règle restera la même : "le cumul des contrats signé par un club avec des parties liées ne pourra excéder 30% de son chiffre d'affaires global". Nasser Al-Khelaïfi devrait donc être particulièrement attentif à ce sujet...

Le quotidien indique en tout cas que ce projet doit être voté le 24 mai prochain, lors d'une réunion du comité exécutif de l'UEFA. Entre temps, de nombreuses discussions auront lieu autour des modalités précises de ce nouveau règlement. Une réunion du board de l'association des clubs européens est notamment prévue lundi, en présence de Nasser Al-Khelaïfi et de Jean-Michel Aulas, président de l'OL.