ASSE

Gomis détaille son transfert polémique vers Lyon en 2009

Commentaire(s)
Gomis évolue aujourd'hui à Swansea.
Gomis évolue aujourd'hui à Swansea.

Gomis, dans le livre La Légende des Verts par ceux qui l'ont écrite, a détaillé son départ de Saint-Etienne en évoquant notamment une commission source de conflit lors des négociations.

Bafétimbi Gomis est revenu sur son départ de Saint-Etienne pour Lyon, en 2009, en se confiant à Bernard Lions, auteur du livre "La Légende des Verts par ceux qui l'ont écrite", entretien relayé par Poteaux-Carrés : "Je me devais de partir de l'ASSE en laissant la maison propre. C'est ce que j'ai fait en marquant un doublé devant Valenciennes qui assurait le maintien. Je suis parti la tête haute, pas très loin, mais plus haut. Surtout, je n'ai pas eu le choix. Lyon peinait à recruter André-Pierre Gignac. Je sortais d'une saison qui avait été un accident et un naufrage collectif. Je n'avais pas été bon." a-t-il d'abord expliqué, avant d'entrer dans les coulissses du transfert.

"Je faisais profil bas quand un dirigeant est venu me chercher à l'entraînement pour me dire : "Dès que tu peux discuter avec Lyon, discute." J'ai discuté, mais les négociations coinçaient. Saint-Etienne m'a alors dit : "On t'a formé, tu dois nous rendre la monnaie de la pièce. Tu n'as pas le droit de faire capoter ce transfert." J'ai dès lors dû baisser mes revenus pour partir à Lyon. Je bénéficiais d'un intéressement de 10% sur mon transfert. Ayant été vendu 15 M€, je devais donc toucher une commission de 1,5 M€." a confié Gomis, qui avoue ensuite que cette commission a été problématique pour l'ASSE.

"Mais Sainté n'arrivait pas à revendre des joueurs comme Sanogo, Bergessio, Gelson qu'il avait achetés à un prix élevé et à qui il versait de gros salaires mais dont il ne voulait plus. J'ai dû venir à l'Etrat avec mon agent pour discuter avec Bernard Caïazzo et Roland Romeyer. Au bout de dix minutes, j'ai accepté de prêter ma commission. Je ne l'ai pas touché car il fallait aider Saint-Etienne." a lancé le joueur de Swansea, avant de conclure sur sa réputation, entachée depuis ce transfert : "Quand Saint-Etienne a pu, il m'a versé ma commission. C'est difficile de se voir traiter de traître alors que, dans une négociation de transfert, on est trois et le joueur est le dernier au courant, après que les deux parties se sont mis d'accord.".