Infos

Nasser et le fair-play-finanicer, Amalfitano n'a rien rapporté, Galtier n'en veut pas à Ruffier

Commentaire(s)
L'essentiel de l'actu de la matinée
L'essentiel de l'actu de la matinée

Dans un long entretien accordé à l'AFP, Nasser Al-Khelaïfi a évoqué plusieurs dossiers du Paris Saint-Germain, dont celui du fair-play financier...

Nasser dénonce l'injustice du fair-play financier...

Avec deux recrues et quelque 50 millions d'euros investis dans le recrutement, cet été, le Paris Saint-Germain a indiscutablement été freiné par le fair-play financier mis en place par l'UEFA. Invité à évoquer ce sujet par nos confrères de l'AFP, le président du club francilien n'a pas mâché ses mots pour dénoncer l'injustice de ces nouvelles restrictions.

"Pour moi le fair-play financier est injuste. Ça bloque les nouveaux investisseurs, regrette Nasser Al-Khelaïfi. Ça protège les grands clubs, ça oblige les petits clubs à rester des petits clubs. Si on empêche les investisseurs de venir dans le foot, ils iront dans la Formule 1 ou ailleurs. Ce n'est pas bon pour le foot. On est prêt à travailler avec ce règlement mais j'espère que l'UEFA va le changer l'année prochaine. Beaucoup de clubs se sont plaints."

...Et ne perd pas espoir pour Rabiot

A la surprise générale, Adrien Rabiot n'a finalement pas quitté le Paris Saint-Germain, lundi soir, alors qu'un accord avait pourtant été trouvé avec l'AS Rome pour son transfert. Et si son départ vers la capitale italienne devrait logiquement se concrétiser dès janvier prochain, Nasser Al-Khelaifi ne perd pas espoir de convaincre sa jeune pépite de défaire ses valises.

"J'adore ce joueur et je veux le garder mais il veut partir, a rappelé le président Parisien, dans des propos rapportés par l'AFP. Le club a beaucoup investi sur lui, il sort de notre centre de formation. On ne veut pas le perdre comme ça. S'il veut partir, on veut trouver un accord avec le club acheteur. Il s'est entraîné pendant deux ans avec Zlatan, Thiago Motta, tous nos grands joueurs. Il a beaucoup progressé grâce à ça. Je ne veux pas qu'Adrien oublie ça. Pour moi c'est le nouveau visage du Paris SG. On veut le garder mais si lui ne croit pas au projet, s'il veut partir ? On va essayer de se voir dans les 15 jours qui viennent. J'espère que ce n'est pas fini."

Aulas annonce la couleur pour le prochain mercato

Dans une longue interview accordée à L'Equipe, ce matin, Jean-Michel Aulas fait le point sur la situation délicate que vit l'Olympique Lyonnais, en cette fin d'été.

Car si, sur le plan sportif, le début de saison des Gones inquiète, il en est de même pour les finances du club, qui n'ont pu être soulagées par un gros départ, lors du dernier mercato. Samuel Umtiti et Clément Grenier, qui bénéficiaient tous deux d'un bon de sortie, ont vu de nombreuses portes se refermer suite à leurs blessures respectives. Mais pour le président Rhodanien, ce n'est que partie remise.

"C'est gênant, parce qu'on n'a pas tenu les engagements, et il faudra d'une manière ou d'une autre récupérer cela sur 2014-2015, annonce-t-il. Mais on peut vendre en janvier, ou avant le 30 juin. Et il n'est pas dit qu'on n'ait pas, déjà, préparé les opérations..."

Le message est clair : le prochain mercato lyonnais sera plus animé côté départs que côté arrivées.

Amalfitano revient sur son transfert et dézingue l'OM

Transféré lundi soir à West Ham, Morgan Amalfitano a soi-disant rapporté un million d'euros à l'Olympique de Marseille. Mais dans une interview accordée à RMC, hier soir, le nouveau milieu de terrain des Hammers est revenu, entre autres, sur une information qu'il juge erronée.

"Me perdre n'est peut-être pas une perte pour eux, mais ils n'ont rien eu. Même le million d'euros, ils ne l'ont pas eu, a-t-il révélé. Il faut bien qu'ils se cachent derrière des choses. Pour ne pas avoir l'air trop bête, il faut bien qu'ils inventent des mensonges, comme ils l'ont fait depuis le début (...) Je dirai même plus : ils m'ont donné. Ça fera plaisir au(x) concerné(s). Je ne veux pas rentrer dans les détails, mais je me dois de rectifier certaines choses, parce que je suis quelqu'un de droit."

Galtier ne veut pas accabler Ruffier

Fautif sur le premier des cinq buts encaissés par l'AS Saint-Etienne au Parc des Princes, dimanche (5-0), Stéphane Ruffier a toutefois reçu le soutien de Christophe Galtier. L'entraîneur Ligérien n'a d'ailleurs pas manqué de faire remarquer que l'international français ne l'avait pas habitué à de telles erreurs.

"Stéphane Ruffier est un homme. Depuis trois saisons que je travaille avec lui, c’est sa première erreur, a-t-il souligné. L’accabler serait malvenu et lui manquer de respect."