L'édito du stagiaire

Montpellier intéresse-t-il encore quelqu'un ?

Commentaire(s)

Grand oublié de l’édito d’hier matin, le Montpellier Hérault Sporting Club intéresse-t-il encore quelqu’un ? Voici une question, qui nous semble digne d’intérêt, tant l’actuel champion de Ligue 1 a, peu à peu, disparu des médias, en l’espace de seulement six mois.

Et pour cause, sportivement, Montpellier ne brille plus. Fin octobre et après neuf journées de championnat, le club héraultais ne pointait qu’à une triste 16ème place et l’on pouvait alors spéculer quant à une possible et inimaginable relégation du champion. En effet, Olivier Giroud parti, le club manquait d’un finisseur. Et même Younès Belhanda, qui aurait aimé suivre son coéquipier, sur le chemin d’un autre club, ne semblait plus vraiment aux affaires.

Un mois et demi plus tard, à la trève, le club s’était à peine relevé, ne jouant plus tout à fait le maintien mais ne pointant tout de même qu’à une fantomatique 11ème place. Il venait alors de perdre, sur le score de quatre buts à un, face à des lillois, pourtant eux-aussi à la peine.

On imaginait alors que Montpellier continuerait à stagner après les fêtes de Noël, Louis Nicollin, le président du club, s’en tenant à son crédo sans ambition sportive. En effet, avec la vente d’Olivier Giroud il espérait disposer d’un budget pour trois ans et, fidèle à son idée de départ, il profita du mercato hivernal pour vendre son capitaine et principal défenseur, Mapou Yanga-Mbiwa, et tenter de se débarrasser de son meneur de jeu, Younès Belhanda.

Et pourtant, miracle d’une solidarité retrouvée et à la grâce d’un championnat particulièrement serré, Montpellier rattrapa peu à peu son retard sur les principaux concurrents à l’Europe. Aussi, le club héraultais est actuellement revenu à la sixième place de notre championnat de Ligue 1, à cinq points seulement de l’Olympique de Marseille.

Pourtant et malgré cette belle petite épopée hivernale, qui s’intéresse encore à Montpellier ? Et qui souhaite les voir rejouer la Coupe d’Europe, la saison prochaine ? Avec leurs deux points en six matchs de Ligue des Champions, cette année, et leur piètre élimination, à la quatrième place du groupe B, on peut dire que les orange et bleus ont bien mal représenté la France à travers l’Europe. Et devoir, à nouveau, leur confier les clés en 2013, apparaîtrait alors comme une bien mauvaise nouvelle quant au rayonnement de notre football national.

Mais, au delà, la ferveur populaire, à destination du club du fantasque Louis Nicollin, semble peu à peu s’être érodée. Le président a eu beau s’offrir une crête aux couleurs fluo, il en aurait fallu plus, sur le plan sportif, pour séduire les amateurs de la Ligue 1. Et nos articles sur le MHSC génèrent bien moins d’enthousiasme qu’il y a un an, tout comme le Stade de la Mosson, dont la fréquentation a sensiblement chuté, avec un taux remplissage de 51%, cette année, contre 53% lors de l’exercice précédent.

Aussi le club montpelliérain semble-t-il, aujourd’hui, promis à un avenir auxerrois. Ne tenant plus qu’à la personnalité folklorique de son président - qui se fiche d’ailleurs de devoir remplacer son entraineur, en fin de saison - comme Auxerre, en son temps, ne tenait qu’à l’image de Guy Roux, on peut imaginer le fragile prestige des héraultais s’émousser peu à peu, jusqu’à un nouveau destin en Ligue 2. Pour cette raison et s’ils le souhaitent, il serait donc temps que les supporters montpelliérains tirent la sonnette d’alarme et exigent un mercato digne de ce nom, l’été prochain… A moins que ces derniers ne préfèrent finalement retourner prendre du plaisir, 170 kilomètres plus loin, au Stade Vélodrome.