Mercato

Houllier évoque le cas Adebayor

Commentaire(s)
Genesio a fait ses choix.
Genesio a fait ses choix.

Invité de RMC Sport ce mardi, Gérard Houllier, conseiller extérieur de l'OL depuis cet été, a fait le point sur le dossier Emmanuel Adebayor. L'attaquant togolais était proche de rejoindre le Rhône avant le refus de Bruno Genesio, pas convaincu par les idées de l'ancien de Tottenham...

Actuellement, l'Olympique Lyonnais doit composer avec de nombreuses blessures au devant de son attaque. Cornet et Lacazette sur la touche, Bruno Genesio a la chance de retrouver, jour après jour, le Nabil Fekir de la saison 2014-2015. Cherchant à tout prix un renfort il y a quelques semaines, le tacticien lyonnais a tout de même refusé l'arrivée d'Emmanuel Adebayor, privilégiant le transfert de Jean-Philippe Mateta, en provenance de Châteauroux.

Présent sur les ondes de RMC, invité de la Team Duga, Gérard Houllier est revenu sur le choix de Bruno Genesio : "C’est vrai que le président et moi, on était plus en faveur de prendre Emmanuel Adebayor pour six mois parce qu’on trouvait qu’on était un peu juste devant en cas de blessure. La preuve, c’est qu’Alexandre Lacazette et Maxwel Cornet viennent de se blesser. C’est difficile d’avoir des joutes européennes, d’être sur quatre tableaux avec régularité si on manque d’attaquants. Je trouvais que c’était une bonne solution d’appoint" affirme-t-il.

"Je respecte sa décision"

Pourtant, Bruno Genesio s'est montré ferme et a imposé son véto concernant l'arrivée d'Adebayor : "Mais en même temps, c’est le coach (Bruno Genesio) qui décide. S’il décide qu’il y a d’autres options, d’autres possibilités, ou de la place à laisser pour un jeune du centre, tant mieux. C’est lui qui décide. Nous, on est là pour l’aider." concède-t-il sur RMC. "Je suis mal placé pour dire que c’est une erreur. Pour l’instant, les résultats lui donnent raison. (...) On a du talent devant." Cependant, Houllier estime que l'effectif est toujours juste en nombre : "La seule chose, c’est que je trouvais qu’on était un peu juste en nombre. Et ça, c’est l’expérience qui parle. Lui a décidé qu’il acceptait d’être juste en nombre et d’avoir une autre ouverture pour les jeunes. Je respecte sa décision. Quand on est à sa place, il y a des choix de management à faire. Et il les a faits." Le temps donnera raison, ou non, à Genesio...