Le départ de Fekir est déjà programmé


L'OL et Nabil Fekir devraient se séparer l'été prochain.
L'OL et Nabil Fekir devraient se séparer l'été prochain.

En pourparlers avec son club formateur pour prolonger, Nabil Fekir devrait tout de même quitter l'OL à l'issue de la saison. Son président, Jean-Michel Aulas, ne s'en cache pas.

Six mois après son transfert avorté à Liverpool, l'avenir de Nabil Fekir revient au centre des interrogations à Lyon. Invité sur le plateau de RMC Sport hier soir, Jean-Michel Aulas a rappelé son souhait de prolonger le capitaine de l'OL (sous contrat jusqu'en 2020) avant la fin de l'année, tout en écartant l'hypothèse d'un départ en cours de saison. "Je ne pense pas qu’il ait envie de partir du moment où l’OL peut se qualifier en Champions League ou a minima en Europa League. Je n’imagine pas qu’il parte cet hiver", a-t-il déclaré.

Mais le président Lyonnais tient un autre discours dès lors qu'on l'interroge sur le prochain mercato d'été. Aulas ne le cache pas ; Fekir nourrit l'ambition de mettre les voiles à l'issue de la saison. "Nabil veut partir", lâche-t-il ce matin chez nos confrères du Progrès, qui affirment que son départ est programmé. "On va le prolonger, car un contrat long est une sécurité pour un joueur, avec une clause qui lui permettra de partir quand il le souhaitera (...) Nabil fait partie de la famille et on a toujours essayé de faciliter les choses avec les joueurs formés au club."

Priorité est donnée à la Premier League

Malgré une première partie de saison en dents de scie (seulement 10 matchs de championnat pour 2 buts et 2 passes décisives, autant qu'en 4 matchs de Champions League), Fekir, 25 ans, garde une belle cote de popularité auprès des clubs étrangers. D'après les informations du Progrès, c'est toujours en Premier League que le champion du Monde tricolore se verrait poursuivre sa carrière. Outre Liverpool, Chelsea serait particulièrement séduit par ses caractéristiques. Voilà qui promet à l'OL de récupérer un joli chèque l'été prochain. À condition d'aboutir à une prolongation d'ici-là...