Mercato

Le gros coup de pression de Jeff Reine-Adélaïde, qui ouvre la porte à un départ

Commentaire(s)
Reine-Adélaïde met la pression
Reine-Adélaïde met la pression

Jeff Reine-Adélaïde a lâché quelques bombes à nos confrères de L'Equipe. Le milieu de terrain de 22 ans ouvre grand la porte à un départ après un changement brutal de discours à l'OL.

Jeff Reine-Adélaïde en a gros sur le coeur, et il a décidé de tout balancer. Le milieu de terrain de l'Olympique Lyonnais, qui a eu une saison tronquée (23 matchs, 3 buts, 4 passes l'an passé) par une rupture des ligaments croisées, a profité d'un long entretien pour L'Equipe pour expliquer son malheur à Lyon et les raisons qui le poussent à envisager un départ. L'ancien angevin, plus gros transfert de l'OL avec 25 millions d'euros hors bonus, souhaite beaucoup plus de temps de jeu et pointe le changement de discours de la direction.

"Mon bilan ? Il est très mitigé. Je me sens en capacité, et c'était déjà le cas avant ma blessure, de devenir un joueur important de cette équipe. Je l'ai été à un moment puis moins, puis je l'ai été à nouveau et ça a encore freiné. Il y a eu beaucoup de déception. Si c'est seulement dû à ma blessure ? Non, la blessure n'a été qu'un aléa parmi tout ce qui s'est passé. Il y a eu des choix et des discours que je ne comprenais pas" explique JRA. Ce qu'il reproche, entre autres, à Rudi Garcia est simple : "Il y a un discours la semaine et un autre le week-end. C'est un peu bizarre. J'ai de la frustration par rapport à ce que je dégage aux entraînements, ce que je rends sur le terrain. Quand les compositions de match apparaissent, je sais que les gens sont un peu étonnés. Dans le vestiaire ou même en dehors, ils se disent qu'il y a un souci ou que je m'entraîne mal. Ils ne comprennent pas que je sois cantonné à un rôle de remplaçant. Moi, je suis un très gros bosseur, et que les gens pensent ça de moi, ça me dérange. Je pense humblement être performant sur le terrain (quand on me donne l'opportunité de jouer) et aux entraînements. Même si je suis encore perfectible sur certaines choses, je ne triche jamais."

Sûr de lui et de ses qualités, Reine-Adélaïde ne comprend pas la perception de l'OL : "J'étais quelqu'un qui devait s'installer (dans le onze). J'ai réussi à le faire et puis je suis devenu un joueur "qui est là pour le futur". Ce n'était pas dans le rythme de ma progression". Et visiblement les potentiels départs d'Aouar, Depay, et Dembélé n'y changera rien. "Ce seront de grosses pertes pour l'OL. Mais ça n'en a pas pour moi en particulier. Aujourd'hui, il y a des décisions que j'aimerais bien prendre..."

Les décisions sont claires : il compte avoir une discussion avec Juninho, le directeur sportif du club. "Il doit y avoir des échanges avec le club. le discours de l'Olympique Lyonnais et le mien ne sont plus en adéquation, donc il doit y avoir des discussions pour parler d'un éventuel départ. Je ne vois pas forcément mon avenir proche à Lyon. Ma progression est arrêtée depuis un moment et il faut qu'on trouve une solution. J'ai besoin d'avancer" lâche-t-il. "J'ai déjà parlé à ce sujet avec le coach et même avec le directeur sportif (Juninho). Ils sont au courant de ma frustration. Pour eux, je suis devenu un joueur "d'avenir"..." Le retour à Lyon, après la trêve internationale, risque d'être tendue.