Mercato

Lyon, le tir-au-flanc de la L1

Commentaire(s)
Le conseil de classe du mercato !
Le conseil de classe du mercato !

Deux jours après la fin du mercato, MadeinFOOT fait le bilan en publiant son conseil de classe de la Ligue 1.

Le marché des transferts a clôturé depuis bientôt quarante-huit heures et il est temps de rendre les appréciations, de distribuer les bons, comme les mauvais points. Pour des raisons diverses (incapacité économique, effectif déjà complet, retournements de dernière minute...), tous les clubs ne se sont pas comportés de la même manière dans l'Hexagone et pour y voir plus clair, MadeinFOOT lance son conseil de classe du mercato.

Angers, le bon élève

Il a sauté une classe mais s'en sort très bien parmi les grands. Troisième de Ligue 1, Angers ne se voit pas déjà arrivé et a bien travaillé pendant les vacances pour poursuivre dans cette voie, avec des renforts (Benrahma, Yattara, Petric, Bourillon) pour pallier les départs (Camara, Butelle). Ensemble plus que cohérent pour la plus grosse surprise du championnat.

On aurait pu rajouter : Caen, Lille, Lorient, Nantes et Nice.

Bordeaux, l’ambitieux

Régulièrement dans le top 10 depuis des années, Bordeaux semble vouloir se donner les moyens de viser plus haut, avec un recrutement alliant coup de maître (prêt de Debuchy) et paris sur l'avenir (Bernardoni, Malcolm, Arambarri). Le tout sans se mettre dans le rouge, puisque Saivet (Newcastle) et Khazri (Sunderland) ont été transférés pour renflouer les caisses. À confirmer...

On aurait pu rajouter : Saint-Etienne.

Rennes, l'hyperactif assagi

Très actif l'été dernier (12 arrivées pour 17 départs !), le Stade Rennais a calmé le jeu sur son mercato en restant très sage cet hiver. Le départ d'Habibou a simplement été pallié par l'arrivée d'Erasmus, tandis que Doucouré, parti à Watford pour 8 M€, n'a pas été remplacé.

Troyes, le souffre-douleur

Timide, il n'a pas pointé le bout de son nez sur ce mercato. Pire, il s'est fait vider les poches par ses petits camarades, en laissant filer Bernardoni à Bordeaux, Petric à Angers et surtout Cabot à Lorient.

Reims, le bavard

Le club champenois était annoncé sur tous les dossiers, mais en a concrétisé à peine la moitié. D'Erding à El Ghanassy, en passant par Roux, Brison, Corgnet, Cabot, Augustin, Sarr ou encore Douchez, rien n'a été signé à Reims. Notons tout de même que les pensionnaires d'Auguste-Delaune se sont rattrapés dans les dernières heures du mercato en recrutant J.Carrasso, Bangoura et El Kaoutari sur la seule journée de lundi. Mérite les encouragements !

Lyon, le tir-au-flanc

Après avoir timidement tenté sa chance sur le Toulousain Wissam Ben Yedder, l'OL est vite rentré dans le rang et a préféré dégraisser, en laissant partir Beauvue (Celta Vigo), Rose (Lorient) et Bisevac (Lazio Rome) sans compenser leurs départs.

On aurait pu rajouter : Montpellier et Toulouse.

Monaco, le correspondant étranger

Il est tout seul dans son coin, fait ses affaires à droite, à gauche, mais rarement en France. On aimerait qu'il s'intègre davantage, qu'il échange avec ses camarades, mais il préfère aller recruter au Brésil ou au Portugal. Il faut dire que pour l'instant, les performances suivent avec une deuxième place au classement.

Paris, le surdoué qui se la coule douce

On sait depuis le début de l'année qu'il finira devant tout le monde au mois de mai. Surdoué, il n'a pas besoin de travailler pendant les vacances pour combler des lacunes qui n'existent pas. Représentant de la classe au niveau international, il a déjà les atouts pour y faire bonne figure.

Guingamp, le discret

En difficulté sur les cinq premiers mois de la saison, il a manqué de moyens pour se permettre de se renforcer cet hiver. Une bonne pioche peut tout de même être mise à son actif : l'arrivée en prêt de Mevlüt Erding (Hanovre).

On aurait pu rajouter : Gazélec Ajaccio et Bastia.

Marseille, le cancre

Mais à quoi joue l'OM ? Après qu'il ait recruté à tour de bras l'été dernier, à des postes où il n'en avait pas forcément besoin (latéraux, milieux défensifs), et confié les clés de l'attaque au seul Michy Batshuayi, on s'attendait à ce que le club olympien laisse partir ses indésirables et recrute un buteur de renom. Il n'en est rien : Lucas Silva et Paolo De Ceglie finiront bien la saison en prêt et c'est Steven Fletcher, dont le pédigrée laisse songeur, qui a été choisi pour venir concurrencer Batshuayi. Seul motif de satisfaction, le retour en prêt, et donc gratuitement, de Florian Thauvin, dont le transfert à Newcastle a rapporté 17 M€ il y a six mois.