Paris est toujours sur Ndombele, JM.Aulas ne ferme pas la porte...


Tanguy Ndombele est bel et bien dans le viseur du PSG.
Tanguy Ndombele est bel et bien dans le viseur du PSG.

Alors que Jean-Michel Aulas a clairement indiqué hier que le PSG pouvait tenter sa chance avec Tanguy Ndombele, on apprend ce vendredi que le club parisien a toujours le nom du milieu Lyonnais inscrit sur ses tablettes...

Jean-Michel Aulas a fait un retour fracassant sur Twitter. Jeudi soir, le président Lyonnais a repris une déclaration de Vikash Dhorasoo prétendant qu'il refuserait de vendre Tanguy Ndombele au Paris St-Germain, pour contredire son ancien joueur et assurer qu'il ne s'opposerait pas à une vente du jeune milieu de terrain (21 ans), qu'importe sa prochaine destination. "Mais comment VD (Vikash Dhorasoo) peut-il énoncer ce type d'information : évidemment que le PSG peut envisager de faire une offre c'est le joueur qui décide", a posté JMA sur le réseau social.

Un message qui sera forcément bien reçu dans la Capitale, où le PSG suit depuis plusieurs mois Ndombele. D'après L'Equipe, au cours du mois d'octobre, les champions de France seraient venus prendre la température auprès de l'ancien Amiénois, acheté 10 millions d'euros par l'OL à l'été 2017. Au terme de sa première saison dans le Rhône, JM.Aulas aurait pu le vendre à Tottenham ou Manchester City, qui étaient prêts à proposer quelques 50 millions d'euros, mais il a refusé de le céder si tôt et pour si peu.

Un transfert impossible à réaliser cet hiver

Avec son bon début de saison et son nouveau statut d'international français (2 sélections en octobre), Ndombele a encore pris de la valeur ces dernières semaines et il devient difficile de l'imaginer partir de Lyon pour moins de 80 M€. Un montant bien au-delà des capacités financières du Paris St-Germain cet hiver. Toujours contraints par le fair-play financier, les Rouge-et-Bleu pourraient davantage être tentés de faire une offre l'été prochain, mais ils devront batailler avec la concurrence des clubs anglais. Pour le plus grand plaisir de Jean-Michel Aulas...