Mercato

Quelques mouvements mais peu d'argent

Commentaire(s)
Le prêt de Lucas Ocampos à l'OM est venu conclure un mercato plutôt terne en France
Le prêt de Lucas Ocampos à l'OM est venu conclure un mercato plutôt terne en France

Dans la droite lignée de l'été dernier, le mercato hivernal a démontré une nouvelle baisse significative du montant des transactions en Ligue 1. Avec 43 millions d'euros dépensés, le championnat de France reste à la traîne des cinq grands championnats. Une frilosité symbolisée par les pointures de l'Hexagone.

On le disait dépensier à outrance, prêt à tout pour régner sur l'Europe. Finalement, le Paris Saint-Germain a conclu ce mercato hivernal sur une balance positive. Ça ne lui était plus arrivé depuis trois ans et demi et l'arrivée des investisseurs qataris. A la clef, donc, + 750 000 euros, soit le montant de la vente de Clément Chantôme vers Bordeaux. Le seul mouvement enregistré au sein du club de la capitale. Evidemment, le fair-play financier a, une fois de plus, freiner les ambitions parisiennes. Mais il a aussi et surtout plomber le bilan de la Ligue 1 dans son ensemble. L'an passé, l'arrivée de Yohan Cabaye pour 25 millions d'euros avait gonflé les statistiques du championnat de France. Cette fois, l'élite française doit se contenter d'un maigre total de 43 millions d'euros dépensés. Soit 53% de moins que l'hiver dernier, selon la BBC.

Bonnet d'âne des cinq grands championnats européens, la Ligue 1 a tout de même pu s'appuyer sur la seule transaction significative : la levée de l'option d'achat de Bernardo Silva par l'AS Monaco, pour un montant de 15,75 millions d'euros. Derrière, figurent deux transferts de moindre ampleur : la signature d'Isaac Kiese Thelin à Bordeaux (3,5 millions) et de Sofiane Boufal à Lille (3 millions). Pour le reste, les bonnes affaires se résument à des arrivées peu coûteuses, comme celle de Maxwell Cornet à l'OL (400 000 euros). Mais aussi sous forme de prêt. Le plus marquant reste, évidemment, celui de Lucas Ocampos à l'Olympique de Marseille. Une transaction dernière minute avec une option d'achat automatique d'une dizaine de millions d'euros en cas de qualification directe de l'OM pour la prochaine Ligue des Champions.

Vers la fin du mercato d'hiver?

Autre type d'arrivée, celles des joueurs libres. C'est le cas notamment à Saint-Etienne avec la signature de Landry Nguemo. Malgré plusieurs rumeurs de départs (Perrin, Tabanou) comme d'arrivées (Doria), le club stéphanois s'est montré particulièrement prudent. Et ce, malgré les blessures à répétition qui minent actuellement le groupe de Christophe Galtier. Pourtant, ce dernier reste un opposant de ce mercato hivernal. "En tant qu’entraineur, je préfèrerais (le supprimer). Ce serait beaucoup plus simple à gérer, notamment pour les joueurs, a-t-il confié sur RMC. Ça leur permettrait de s’accrocher le plus longtemps possible dans les moments difficiles. Là, le joueur qui débute la saison a déjà l’opportunité de partir avant la clôture des transferts d’été. Et si les choses n’évoluent pas bien pour lui en septembre-octobre, il est déjà projeté sur ce qu’il va se passer lors du mercato d’hiver. Il peut y avoir un abandon de sa part." Une réflexion de fond qui revient sans cesse aux alentours de ce mois de janvier.

En tout cas, certains clubs ont justement profité de la méforme, du doute ou de l'envie de temps de jeu de quelques joueurs pour multiplier les mouvements de dernière minute. C'est le cas, notamment, d'Evian-Thonon-Gaillard. Après Dany Nounkeu, le club haut-savoyard a, en effet, enrôlé Mathieu Duhamel (Caen) et Gilles Sunu (Lorient) dans les dernières heures du mercato pour renforcer sérieusement son secteur offensif. Actuels dix-huitièmes du classement, les hommes de Pascal Dupraz en auront certainement bien besoin. Dynamique sur la fin, ce mercato hivernal n'aura, en tout cas, pas défrayé la chronique. Quelques transferts, beaucoup de rumeurs mais peu de concrètes, et voilà la Ligue 1 qui boucle un nouvel exercice morose. En attendant le prochain dès le mois de juin.