OL

Aulas fait le point sur la situation de Genesio

Commentaire(s)
Jean-Michel Aulas (OL), ici au côté de Bruno Genesio.
Jean-Michel Aulas (OL), ici au côté de Bruno Genesio.

Invité de l'émission "Tant qu'il y aura des Gones" chez nos confrères de Olympique-et-Lyonnais.com, Jean-Michel Aulas, le président rhodanien, a abordé de nombreux sujets. Dont celui brûlant de l'entraîneur.

À la tête de l'équipe première de l'OL depuis plus de deux ans maintenant, Bruno Genesio ne fait toujours pas l'unanimité entre Rhône et Saône. Régulièrement critiqué par une partie des supporters rhodaniens, le technicien peine à convaincre et à instaurer une véritable identité de jeu à un effectif certes jeune et peu expérimenté mais pétri de talents. L'élimination en huitième de finale de la Ligue Europa face au CSKA Moscou n'a, également, pas arrangé le cas de l'entraîneur de 51 ans, dont la tête est demandée à la fin de la saison.

Jean-Michel Aulas a donc fait un point sur la situation de son technicien, qui pourrait finalement rester à la tête des Gones une saison supplémentaire : "Je ne vois pas pourquoi il ne serait pas l’entraîneur de l’OL la saison prochaine. Mais les choses vont vite dans le football. On fera une réunion en fin de saison. Rien n’est décidé. Il a un contrat et j’ai l’habitude de respecter les contrats. Il faut lui demander aussi, avec le traitement qu'il a reçu depuis des années, injuste parfois il faut le reconnaître, s'il a envie de poursuivre l'aventure", a-t-il expliqué.

Un discours qui ne varie pas depuis quelques semaines mais une décision qui, forcément, dépendra du classement final du club rhodanien en fin de saison. Pour faire vite : en cas de non qualification pour la prochaine édition de la Ligue des Champions, Bruno Genesio devrait être remplacé : "Ce que je souhaite vraiment c'est qu'il y ait une unité autour du club, de l'institution, pour pouvoir se qualifier pour la Ligue des Champions. Après, en fonction de la qualification, on prendra les décisions qui s'imposent, pour continuer de progresser", a conclu l'emblématique président de l'Olympique Lyonnais.