OL

Aulas justifie sa décision pour le joker médical...

Commentaire(s)
Jean-Michel Aulas et l'OL ne feront pas appel à un joker médical pour renforcer leur effectif.
Jean-Michel Aulas et l'OL ne feront pas appel à un joker médical pour renforcer leur effectif.

L'OL fait face, depuis hier, à une nouvelle blessure au sein de son effectif : Aldo Kalulu, touché à la cheville, sera absent pour les deux prochains mois, au moins. L'occasion pour les dirigeants Lyonnais de recruter un joker médical ? Toujours pas, comme l'a expliqué Jean-Michel Aulas à Foot Mercato.

Dans la mythologie grecque, les Danaïdes étaient condamnées à remplir sans fin un tonneau sans fond. Un calvaire auquel s'apparente celui de l'OL, où l'infirmerie n'a presque jamais désempli depuis dix-huit mois. Au fur et à mesure que les joueurs la quittent pour retrouver les pelouses de Tola Vologe, d'autres la rejoignent, avec des blessures plus ou moins graves, mais toujours plus contraignantes pour Hubert Fournier et son effectif, dont la rareté des forces vives inquiète. Dernière en date, celle contractée par Aldo Kalulu, mardi matin, à l'entraînement.

Évoquée après la rupture des ligaments croisés du genou de Nabil Fekir, l'opportunité de recruter un joker médical a naturellement ressurgi sur la table des dirigeants Lyonnais, quand ils ont appris hier que Kalulu, victime d'une grave entorse de la cheville, allait être absent pendant au moins deux mois. Bien loin de changer leur fusil d'épaule, ils ont pourtant décidé de ne pas se mettre en quête d'un tel renfort. "A priori, pour ce type de blessure, on n'envisage pas de le remplacer", a déclaré Jean-Michel Aulas, joint au téléphone par nos confrères de Foot Mercato. "D'une part parce qu'on a un effectif consistant, mais aussi parce que Clément Grenier est susceptible de revenir, ce qui pourrait permettre à Mathieu Valbuena de venir jouer en soutien d'un autre attaquant : Lacazette ou Beauvue. Et puis on a, dans l'équipe Youth League (Ndlr, équipe des moins de 19 ans), un certain nombre de joueurs de qualité. Si c'est pour remplacer un joueur sur des bouts de matches, on a déjà ce qu'il faut dans l'effectif."

Sûr de son fait, le président de l'OL a tenu à apporter un autre argument à sa thèse : celui des conséquences morales pour un joueur blessé se voyant remplacer par un joker médical. "Quand on prend un nouveau joueur suite à une blessure, quand le joueur blessé revient, il se trouve devant un double handicap : d'abord parce qu'il doit revenir à son meilleur niveau, ensuite parce que le joueur qui est venu le remplacer est meilleur que lui à l'instant T", a expliqué Aulas, avant de conclure : "À mon niveau, et ce sera la même position pour le coach (Hubert Fournier), on n'envisage pas de recruter un joueur supplémentaire."