OL

Bordeaux intéressé par Gourcuff ? De Tavernost confirme !

Commentaire(s)
Nicolas de Tavernost et les Girondins sont bien intéressés par la situation de Yoann Gourcuff.
Nicolas de Tavernost et les Girondins sont bien intéressés par la situation de Yoann Gourcuff.

Dans une interview accordée à L'Equipe, Nicolas de Tavernost, patron du groupe M6 et actionnaire majoritaire des Girondins, confirme un intérêt de Bordeaux pour Yoann Gourcuff, désavouant, au passage, les propos de son président Jean-Louis Triaud.

Poisson d'avril ou réelle information ? C'est la question qui a traversé les esprits de tous les observateurs du football, hier matin, à la lecture du quotidien L'Equipe, qui dévoilait un intérêt des Girondins de Bordeaux pour Yoann Gourcuff. "Je croyais que c'était un poisson d'avril, notait d'ailleurs Jean-Louis Triaud, président du club, quelques heures plus tard. Aujourd'hui il n'y a aucun projet, aucun contact avec Gourcuff." Reste à savoir qui du dirigeant ou de nos confrères détient la vérité. Toujours est-il que ce matin, Triaud a été en partie désavoué par la plus haute direction du club au scapulaire, en la personne de Nicolas de Tavernost.

Interrogé par L'Equipe, le président du groupe M6, actionnaire majoritaire des Girondins, confirme que "Gourcuff est un joueur que l'on apprécie énormément à Bordeaux", tout en annonçant que, "s'il est disponible en fin de saison, [il] va regarder cela avec attention." En fin de contrat en juin, Yoann Gourcuff et son agent, Didier Poulmaire, pourraient pourtant d'ores et déjà discuter d'un futur contrat avec le club. "C'est exact, reconnait de Tavernost. Mais ce n'est pas maintenant que ça se passe. Même si on a toujours l'occasion de se parler..."

Et dans les éventuelles discussions qui pourraient être menées entre les différentes parties, la question financière sera l'une des premières à être posée (Gourcuff émarge à 450 000 € brut mensuels à Lyon). "Il faut évidemment que cela soit possible financièrement, admet-il. Vous connaissez ma générosité légendaire... En fait, pour qu'il revienne chez nous, il faut qu'économiquement et sportivement, cela fonctionne. Et que, sur le plan physique, il tienne le coup. Mais il sait qu'à Bordeaux, on a beaucoup d'atouts : un beau stade, un beau public et une belle ambiance. Ce n'est pas rien."