OL

Le dossier Fekir en stand-by !

Commentaire(s)
Nabil Fekir (OL) est au centre d'une multitude de convoitises.
Nabil Fekir (OL) est au centre d'une multitude de convoitises.

Depuis plusieurs semaines, l'Olympique Lyonnais, par l'intermédiaire de son président, Jean-Michel Aulas, cherche à blinder le contrat de son jeune et talentueux milieu de terrain franco-algérien, Nabil Fekir. Une nouvelle donnée, d'importance, vient de faire son entrée dans ce dossier...

Avec des statistiques plus que flatteuses (25 matches, 11 buts et 6 passes toutes compétitions confondues), le milieu de terrain offensif ou deuxième attaquant, Nabil Fekir (21 ans), est, à l'instar d'Alexandre Lacazette, un des piliers de l'Olympique Lyonnais pour l'avenir. Sous contrat jusqu'en Juin 2019 entre Rhône et Saône (contrat prolongé l'an dernier), le franco-algérien avait récemment fait part de son envie de voir son salaire revalorisé.

Une demande compréhensible, que le président des Gones, Jean-Michel Aulas, était enclin à répondre de manière favorable, déterminé à conserver l'intégralité de ses pépites. Engagées depuis maintenant plusieurs semaines, les négociations achoppent et semblent au point mort. Pour la bonne et simple raison que le jeune joueur et son entourage se montreraient trop gourmands. Avant que Jean-Michel Aulas ne pointe, ce mercredi, une autre possible raison quant à la lenteur des dites discussions : "Pour Nabil, je l’ai vu avec ses agents une première fois il y a quelques temps. Entre-temps, on a cru comprendre que Nabil allait changer d’agent, c’est l’impression que j’ai eue. Mais je souhaite effectivement, non pas le prolonger car il est sous contrat jusqu’en 2019, mais actualiser positivement les termes de son contrat", a-t-il déclaré à nos confrères de Foot Mercato.

Un pressentiment qui serait le bon, toujours selon les informations du média. En effet, le joueur aurait bel et bien changé de stratégie concernant la gestion de sa carrière. Ainsi, son agent, Eric Castagnino, aurait été remercié et le joueur aurait décidé de travailler seul et avec ses proches, à l'instar de son coéquipier en club, Samuel Umtiti. Alors, simple soubresaut ou contretemps dans une affaire vouée à se terminer positivement ? Il vaudrait mieux pour l'Olympique Lyonnais. Arsenal et Arsène Wenger, prêts à sortir le chéquier pour le meneur de jeu rhodanien, restent tapis dans l'ombre...