OL

Jean-Michel Aulas pousse un énorme coup de gueule contre l'arbitrage et la VAR

Jean-Michel Aulas était énervé contre l'arbitrage après OL - FC Lorient
Jean-Michel Aulas était énervé contre l'arbitrage après OL - FC Lorient

Ce samedi soir, l'Olympique Lyonnais a concédé un match nul face au FC Lorient (1-1, analyse et notes). Une rencontre que l'équipe de Peter Bosz a disputé en infériorité numérique pendant près de 75 minutes, suite à l'exclusion sévère d'Emerson. Un carton rouge qui ne passe pour Jean-Michel Aulas, qui s'était déjà plaint de l'arbitrage contre le PSG dimanche dernier. Le président de l'OL a poussé un énorme coup de gueule contre l'arbitrage et la VAR au micro de Prime Video.

Ligue 1 - 8e Journée

Lyon
1 - 10 - 1 Lorient
K. Toko Ekambi 51'
20' A. Lauriente

"J'aurais rêvé d'un match à armes égales. Je pense que, comme à Paris bizarrement, on se retrouve déçu. Pas du résultat, mais de la qualité de l'arbitrage et surtout du VAR. Pour moi, le joueur (Enzo Le Fée) est un mètre devant et touche le talon d'Emerson mais il n'y a pas faute. Après, le Lorientais a perdu le ballon, qui est quatre mètres devant. Comment peut-on donner un carton rouge ? Ensuite, troisième erreur de l'arbitre non corrigée par la VAR : on voit bien que Jason Denayer est derrière cette action, donc ce n'est pas du tout le dernier défenseur. Si vous regardez aussi l'endroit où est tiré le coup-franc, c'est sept mètres plus loin que la soi-disante faute. Il y a une immense déception en tant que dirigeant parce que la VAR n'apporte pas ce qu'elle devrait apporter. Les arbitres peuvent se tromper, surtout quand ils sont jeunes, avec moins d'expérience. La VAR doit alors jouer encore plus son rôle pour corriger des erreurs éventuelles. Cela n'a pas été le cas. Il y a une immense déception, non pas en tant que président de club, mais en tant que membre de l'institution, de la Fédération, de la Ligue, parce qu'il y a des enjeux tellement importants, on ne peut pas laisser les choses en l'état. Je ne vais pas revenir sur ce qu'il s'est passé à Paris. Tout le monde a vu, mais personne de la DTA (Direction technique de l'arbitrage) n'a pris la parole. Ce qui n'est pas très bon sur le plan de la reconnaissance et de la volonté de progresser, car quand on fait des erreurs, on a envie de ne pas en refaire. Pour cela, il faut reconnaître qu'il y a eu erreur et je n'ai entendu personne depuis Paris dire qu'il y avait eu une monstrueuse erreur d'interprétation et qui peut modifier le cours du championnat puisqu'on vient de perdre cinq points sur des erreurs d'arbitrage".